Nouvelle étude de Dawkins, dosage de nicotine dans le sang après utilisation d'une e-cigarette de première génération

Publié le 11 Septembre 2013

Utilisation aiguë d'une cigarette électronique: dose de nicotine délivrée et effets subjectifs.
Lynne Dawkins, Olivia Corcoran. Psychopharmacology
http://rd.springer.com/article/10.1007%2Fs00213-013-3249-8

Rationel
Peu d'études ont montré si les e-cig délivraient des quantités mesurables de nicotine dans le sang.
Objectifs
Cette étude a mesuré les effets d'une e-cig de première génération (Skycig) utilisant un e-liquide à 18 mg/ml (nicotinémie, symptômes de manque, et envie irrésistible de fumer).
Méthode
14 vapoteurs réguliers (3 femmes), abstinents de vape depuis 12h, ont participé à une séance expérimentale durant 2h 1/2. Des prélèvements sanguins ont été fait, et des questionnaires remplis (symptômes de manque, envie irrésistible de fumer, effets subjectifs positifs et négatifs) à 4 occasions: avant de vaper, après 10 bouffées, après 60 minutes de vapotage libre, et après 60 minutes de repos.
Résultats
L'ensemble des échantillons sanguins n'ont été obtenus que pour 7 participants. La nicotinémie (concentration de nicotine dans le plasma) est passée de 0,74 ng/ml avant, à 6,77 ng/ml après 10 bouffées, et atteignant un pic maximal de 13,91 ng/ml après la période de vape libre. Les symptômes de manque et l'envie irrésistible de fumer ont été significativement réduits; des effets subjectifs positifs ont été ressentis, et très peu d'effets indésirables ont été constatés.
Conclusions
Ces résultats montrent que ce modèle de e-cig permet de délivrer des quantités fiables de nicotine après une utilisation aiguë dans ce groupe de vapoteurs réguliers. D'autres études seront utiles pour quantifier plus précisément l'absorption de nicotine en fonction du mode d'inhalation, et les relations avec la possibilité d'utiliser la e-cig pour l'arrêt du tabac ou la réduction du risque.

  Nouvelle étude de Dawkins, dosage de nicotine dans le sang après utilisation d'une e-cigarette de première génération  Nouvelle étude de Dawkins, dosage de nicotine dans le sang après utilisation d'une e-cigarette de première génération

Cette étude est intéressante, car malgré l'utilisation d'une e-cigarette de première génération, les nicotinémies (figure de gauche) obtenues sont relativement conséquentes. Des variations assez importantes entre les sujets ont cependant été constatées, mais c'est aussi le cas avec la cigarette conventionnelle. Le mode d'inhalation de chaque vapoteur peut en être la cause.

Elle montre aussi (figure de droite) que l'envie irrésistible de fumer est atténuée dès les premières bouffées (sujets abstinents depuis 12h).

Ces données permettent de comprendre pourquoi la e-cigarette s'avère efficace pour arrêter de fumer, ce qui arrive souvent chez les utilisateurs, même s'ils n'en avaient pas l'intention au départ.

Rédigé par Jacques Le Houezec

Publié dans #e-cigarette, #études, #nicotine, #arrêt tabac, #vitesse d'absorption

Commenter cet article

Luc DUSSART 16/09/2013 11:23

Étude très intéressante, même si elle ne porte que sur un nombre très limité de vapoteurs expérimentés. Vapoteurs et pas vapoteuses, puisqu'il n'a pas été possible de relever correctement les taux de nicotine chez les trois "malheureuses" vapoteuses !

Je relève que la sensation de soulagement après 10 bouffées (en 5 minutes) ou une heure de vapotage libre sont quasiment identiques, alors que le taux de nicotine sanguin double dans le même temps (passe de 6,77 à 13,91 ng/ml). On peut donc se demander pourquoi les volontaires continuaient de vapoter ! Ce n'est pas à cause d'une augmentation des sensations de manque, statistiquement équivalentes après 10 bouffées qu'après une heure de vapotage libre.
Comme VAD, j'en tire pour ma part l'hypothèse que ce n'est pas la concentration en nicotine dans le sang qui est un facteur différenciant.

Une dernière remarque : il n'y a pas de 'pic' de nicotine, la montée se fait progressivement au fil du vapotage, comme pourrait le faire un substitut pharmaceutique. Pourquoi alors l'ecig soulagerait mieux alors ?

Jacques Le Houezec 16/09/2013 11:45

Oui, sauf qu'ici on ne mesure que la concentration de nicotine dans le sang veineux, on ne sais pas ce qui se passe dans le sang artériel, et c'est cette concentration qui est importante pour juger des effets aigus de la nicotine sur le soulagement du manque. Avec la cigarette le pic artériel de nicotine est 6 à 10 fois supérieur à la concentration veineuse, et arrive en quelques secondes au cerveau. Avec la e-cigarette on ne sait pas encore, mais on est certainement quelque part entre la cigarette et les formes orales rapides (spray nasal ou buccal) de nicotine. L'absorption plus lente de la nicotine avec les substituts nicotiniques, même les plus rapides, fait qu'il n'y a pas de différence de concentration entre sang artériel et sang veineux, la concentration de nicotine s'équilibrant rapidement. Là encore, on ne sait pas encore ce qui se passe avec la e-cigarette, mais on est surement aussi dans une situation intermédiaire, plus rapide qu'avec les substituts, et donc plus efficace pour soulager l'envie irrésistible de fumer.

VAD 12/09/2013 08:41

Etude intéressante certes, mais je reste toujours sceptique sur le fait d'attribuer l'efficacité de la e-cig à la seule action de la nicotine.
Je pense que la gestuelle (porter un élément à la bouche), le visuel (exhaler de la vapeur), la sensation de remplissage des poumons par la vapeur et le hit (donné actuellement principalement par la nicotine), sont les éléments primordiaux de cette réussite.
A quand une étude avec un placebo nicotinique efficace pour pouvoir comparer les résultats ???

Jacques Le Houezec 12/09/2013 08:56

Mais cela a été fait dans l'étude de Nouvelle Zélande, et semble montrer que le geste est important, mais que la composante nicotine apporte un plus. Ceci dit, je suis d'accord que cette étude aurait dû aussi tester une e-cig placebo, cela aurait été un plus.