Encore une enquête qui confirme l'absence d'effet passerelle de la cigarette électronique vers le tabac chez les adolescents

Publié le 12 Juin 2015

Children aged 11 to 16 who have never smoked do not regularly use e-cigarettes, according to new Cancer Research UK data being presented today (Friday) at the UK Nicotine and Smoking Cessation Conference (link is external) and will be published in the journal Nicotine and Tobacco Research (link is external).

Les résultats présentés aujourd'hui à la conférence britannique sur l'arrêt du tabac confirment les données déjà publiées.

Parmi les 1205 adolescents de 11 à 16 ans ayant répondu à l'enquête, 12% ont essayé l'e-cigarette. Concernant l'utilisation régulière, elle représente 2% pour ceux l'utilisant plus fréquemment qu'une fois par mois, et 1% pour ceux l'utilisant plus qu'une fois par semaine.

L'utilisation régulière n'a été trouvée que chez les adolescents qui était aussi fumeurs. L'expérimentation de l'e-cigarette chez les adolescents non-fumeurs était de 3%.

Au Royaume Uni il y a environ 2,6 millions d'adultes utilisant l'e-cigarette, et environ 10 millions de fumeurs.

Le Prof. Linda Bauld, du Cancer Research UK et de l'Université de Stirling, a déclaré: “Certains pensent que l'augmentation de l'utilisation de la cigarette électronique que nous observons pourrait conduire à une nouvelle génération d'adultes n'ayant jamais fumé mais qui seraient dépendants de la nicotine. Cette peur est basée sur la croyance que dû à l'attirance de ces produits, les adolescents qui n'ont jamais fumé seraient attirés par l'e-cigarette et pourraient commencer à l'utiliser régulièrement."

“Notre enquête confirme d'autres enquêtes menées au Royaume Uni qui montrent qu'il n'en est rien. Les jeunes essayent effectivement l'e-cigarette, dont certaines contiennent de la nicotine. Cependant, nos données montrent que pour le moment cette expérimentation ne se traduit pas en utilisation régulière.”

Alison Cox, Directrice de la prévention du cancer au Cancer Research UK, a déclaré: “Ces données sur l'utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes suggèrent que l'e-cigarette n'est pas une porte d'entrée dans le tabagisme. Il est rassurant aussi de voir que le tabagisme des jeunes continue de reculer pendant que l'utilisation de l'e-cigarette progresse."

“De nombreuses questions demeurent concernant ces produits, et il est important que nous continuions à suivre de près l'évolution de leur utilisation. C'est pour cela que le Cancer Research UK continuera de fiancer les recherches dans ce domaine.”

Enquête réalisée entre août et septembre 2014

Prévalence de l'utilisation de l'e-cigarette chez 1205 adolescents.

Expérimentation 12%

Plus d'une fois par mois 2%

Plus d'une fois par semaine 1%

Expérimentation chez les non-fumeurs 3%

Utilisation régulière chez les non-fumeur 0%

*utilisation régulière chez les non-fumeurs définie comme "au moins une fois par mois"

Rédigé par Jacques Le Houezec

Publié dans #enquête, #e-cigarette, #adolescents

Commenter cet article

Florence 15/06/2015 14:08

A mon sens pour qu'il y ait un transfert de ce type entre deux produit, il faut que le premier produit crée une dépendance que le second produit pourra satisfaire Les deux produits doivent donc comporter la substance qui est à l'origine de l'accoutumance. Le seul composé que la cigarette électronique et la cigarette à combustion ont en commun, c'est la nicotine. Or, nous le savons aujourd'hui, la nicotine seule ne produit et n'entretient aucune addiction. Le tabacologue Robert Molimard l'a démontré au moyen d'expérimentations sur des rats de laboratoire. La cigarette électronique ne crée et ne fait perdurer aucune dépendance de la même manière qu'elle n'assouvit pas non plus une dépendance chimique que le tabac aurait fait naître. Tout au plus, elle satisfait une dépendance à la saveur, à la fumée, au hit et au geste du fumeur...

Jacques Le Houezec 17/06/2015 10:08

Je ne partage pas ce point de vue sur le fait que "la nicotine seule ne produit et n'entretient aucune addiction". C'est un peu péremptoire de dire "Or, nous le savons aujourd'hui". La dépendance à la nicotine pure, et non pas l'addiction qui implique des effets délétères, est sans doute du même ordre que la dépendance à la caféine, cela ne veut pas dire que la dépendance à la nicotine n'existe pas. Même si l'ont est d'accord que la dépendance, ou l'addiction au tabac n'est pas due à la seule nicotine.