Farsalinos : Etude des doses de nicotine utilisées et du mode d'utilisation de la e-cigarette chez des fumeurs arrêtant de fumer

Publié le 9 Septembre 2013

Le but de cette étude a été d'étudier le comportement de vapoteurs ayant réussi à arrêter de fumer avec la cigarette électronique, ainsi que les bénéfices perçus, les effets indésirables et une estimation de leur dépendance à la e-cigarette par rapport au tabac.

Les analyses ont porté sur 111 sujets qui ont réussi à arrêter de fumer pendant au moins 1 mois en utilisant exclusivement une e-cigarette (soit de seconde génération de type eGo pour 90,9% d'entre eux, soit de troisième génération de type mod, pour 9,1% d'entre eux). L'abstinence de tabac était vérifiée par la mesure de la carboxyhémoglobine (celle qui est polluée par le monoxyde de carbone, et ne peut plus transporter l'oxygène dans le sang). Les taux de nicotine utilisés à l'initiation de l'étude, 1 mois après l'arrêt, et lors d'un entretien environ 8 mois après ont été recueillis. La dépendance à la e-cig a été évaluée en utilisant la première question du test de Fagerström (délai de la première cigarette ou première e-cig du matin), et comparée à celle à la cigarette avant l'arrêt.

La majorité des participants (recrutés à l'hôpital où a eu lieu l'étude, ou sur un site grec d'utilisateurs de e-cig) étaient des hommes (84%), et une grande partie d'entre eux étaient des fumeurs de plus de 20 cig/j. L'analyse montre que 42% d'entre eux ont cessé de fumer au cours du premier mois d'utilisation et 19,8% dès le premier jour. Parmi les participants, 31,5% ont initié leur utilisation de e-cig avec un modèle de première génération, mais l'ont trouvé suffisant seulement pour réduire leur consommation, mais pas pour arrêter. Il est important de noter que 62,2% des participants avaient essayé d'arrêter de fumer dans le passé, soit sans aide (58,6%), soit en utilisant les méthodes pharmacologiques validées (30,6%).

Les concentrations en nicotine des e-liquides utilisés sont représentés sur la figure.

Farsalinos : Etude des doses de nicotine utilisées et du mode d'utilisation de la e-cigarette chez des fumeurs arrêtant de fumer

Ils ont tous démarré l'utilisation de e-cigarette avec des e-liquides > 5 mg/ml de nicotine, mais 74% d'entre eux ont utilisé des e-liquides > 15 mg/ml de nicotine. Seize pour cent (16,2%) ont dû augmenter leur dose initiale afin d'obtenir une substitution totale de leur tabagisme. Quatre ont augmenté de 18 à 24 mg/ml, 1 de 16 à 24 mg/ml, 1 de 12 à 24 mg/ml, 9 de 12 à 18 mg/ml, 2 de 9 à 18 mg/ml et 1 de 6 à 12 mg/ml. Aucun vapoteur n'a diminué sa dose avant d'arrêter de fumer. Au total 81% d'entre eux ont utilisé des e-liquides > 15 mg/ml.

Par contre, lors de l'entretien, environ 8 mois après, les taux de nicotine des e-liquides utilisés étaient significativement plus faibles que lors de l'initiation ou de l'arrêt du tabac (p < 0,001). La majorité, 64,9% utilisaient des taux plus faibles qu'au moment de l'arrêt du tabac, mais seulement 4,5% utilisaient un e-liquide sans nicotine (0 mg/ml) au moment de l'entretien. La diminution du taux de nicotine utilisé était dépendant de la durée de l'arrêt (p < 0,001). Après avoir pris en compte et ajusté en fonction du taux de nicotine utilisé pour arrêter de fumer, la durée d'utilisation de la e-cigarette était significativement associée à la réduction du taux de nicotine au cours de l'utilisation (régression logistique, p < 0,001).

Les effets indésirables ont été pour la plupart modérés et temporaires. L'irritation de la gorge (27%), et la toux (13,5%) ont disparu très rapidement, 7,2% ont rapporté des problèmes gastro-intestinaux ou des brûlures d'estomac, et 5,4% des palpitations qui ont disparu très rapidement. D'autres effets représentant moins de 5% des participants ont été des maux de tête, la somnolence, ou des problèmes d'endormissement, des douleurs thoraciques, et des saignements de nez et des gencives. Aucune réaction allergique n'a été observée. La plupart des participants (71,2%) ont rapporté une prise de poids après l'initiation de la e-cigarette. De plus, la plupart des participants ont rapporté une capacité accrue d'exercice physique (76,6%), et une amélioration du goût et de l'odorat (81,9%). Les autres bénéfices rapportés ont été moins de toux au réveil (58,6%) et un meilleur sommeil (22,3%).

En comparant la dépendance au tabac antérieure, et celle évaluée pour la e-cigarette, elle était significativement plus faible avec la e-cigarette, tant avec le score du Fagerström (1 question cotée de 0 à 3), la médiane étant de 2 (de 2 à 3) avec la cigarette, et de 2 (de 1 à 2) avec la e-cigarette, qu'avec la question d'évaluation de la dépendance sur une échelle de 1 à 100, la médiane a été de 83 (77-89) pour la cigarette, et de 59 (49-66) pour la e-cigarette, dans les deux cas la différence était statistiquement significative (p < 0,001).

L'étude est entre libre accès ici (en anglais):

http://www.la-press.com/evaluating-nicotine-levels-selection-and-patterns-of-electronic-cigare-article-a3858

Rédigé par Jacques Le Houezec

Publié dans #e-cigarette, #études, #arrêt tabac, #nicotine, #dépendance

Commenter cet article

al 11/03/2017 20:39

j ai eu des grosses brukure d estomac j arrete

Jacques Le Houezec 10/09/2013 10:18

Je suis assez surpris de cette prise de poids en fait, car normalement sous nicotine la prise de poids à l'arrêt du tabac est retardée. Je ne pense pas que cela soit lié au PG.

Gicquel 20/09/2013 00:42

Bonjour Jacques,
Je suis persuadée que cette prise de poids est liée au PG pour plusieurs raisons dont celle que j'ai cité ci dessus (le problème rénal lié au PG) et par ailleurs le PG provoque des oedèmes cardio vasculaires pouvant influés sur la prise de poids , ensuite il y a l'allergie au PG qui provoque aussi des oedèmes ...Bref , il est tout à fait possible de vapoter sans PG , uniquement en VG et dans ce cas tous ces problèmes disparaissent !
Tout ceci est d'ailleurs fort bien expliqué dans l'étude scientifique des effets secondaires de la PG sur le rat .

Gicquel 10/09/2013 01:08

La prise de poids rapportée après l'initiation à l'e-cigarette devait être due au Propylène Glycol qui bloque le système rénal , il suffirait de proposer une e-cigarette avec un liquide 100% glycérine végétale pour que ce trouble disparaisse .

Benoit 09/09/2013 20:02

Merci Jacques et au Dr Farsalinos

Ces résultats confirment effectivement ce que j'ai pu vivre par moi même pour ma propre dé-fume, ainsi que ce que je constate souvent auprès des clients de ma boutique.

Benoit