Pourquoi est-on dépendant de la nicotine ? (2)

Publié le 23 Août 2013

Voici quelques commentaires que j'ai faits sur le forum de l'association AIDUCE pour essayer d'expliquer simplement la dépendance au tabac.

Tabac brun, tabac blond

La différence entre le tabac brun (tout comme le tabac à pipe et les cigares) et le tabac blond, c'est le pH de la fumée. Les tabacs blonds utilisés dans les cigarettes, est séché par un flux d'air chaud dans des conditions hygrométriques contrôlées (flue-curing). Un tel traitement produit une fumée de tabac acide (pH 5-6). Les tabac bruns, utilisés dans les cigarettes brunes ou pour les tabac à pipe ou à cigare, sont séchés au soleil ou à l'air libre (air-curing) après avoir subi une fermentation, dont le rôle est de baisser le contenu en nicotine, naturellement plus élevé dans les tabacs bruns que dans les tabacs blonds. Ce traitement rend la fumée plus alcaline (pH 6-7 pour les cigarettes, pH 8 pour le tabac à pipe ou à cigare, très âcre pour le cigare et fortement dosé en nicotine). Lorsque la nicotine est dans un milieu alcalin, elle pénètre très facilement les membranes des cellules (c'est comme ça qu'on a inventé le patch, la gomme et les autres formes orales de nicotine, car la nicotine est une base faible et est à la fois liposoluble et hydrophile, c'est un peu du jargon pour certains, mais en clair ça veut dire qu'elle peut facilement pénétrer à l'intérieur des cellules, milieu aqueux, et n'est pas arrêtée par la membrane qui est lipidique). C'est pour cette raison qu'un fumeur de pipe ou de cigare n'a pas besoin d'inhaler la fumée, il absorbe suffisamment de nicotine par la muqueuse buccale. Lorsque le pH est acide en revanche, la nicotine passe très mal les membranes (cas des cigarettes blondes), le fumeur a donc dû trouver un mode d'absorption plus efficace. C'est pourquoi il inhale la fumée, qui du coup se retrouve dans les poumons (surface énorme, et solution tampon naturelle qui ramène la nicotine dans un milieu physiologique plus alcalin, autour de pH 7) et est alors facilement absorbée. C'est là que la vitesse d'absorption entre en jeu, en passant par la voie pulmonaire, la vitesse d'absorption, et donc l'arrivée au cerveau (premier organe a être fourni en oxygène, et comme la nicotine prend le même chemin...) est plus rapide qu'après une injection intraveineuse. C'est pourquoi la cigarette est la forme la plus addictive de consommation du tabac. C'est pour la même raison que le crack est plus addictif que la cocaïne prise sous une autre forme.
Pour les cigarette brunes, qui étaient majoritairement fumées en France et en Europe du sud dans les années 50-60, on se trouve dans une situation un peu intermédiaire, il est nécessaire d'inhaler, mais pas aussi profondément qu'avec les blondes, car une partie de la nicotine passe à travers la muqueuse buccale. Une résultante de cela est que les cancers du poumon sont devenus plus profonds avec les blondes (les cancers avec les brunes étaient souvent au niveau de la gorge ou des trachées pulmonaires), et encore plus avec les cigarette "dites" "légères".


Les additifs

Pour l'histoire des additifs, ils ont surtout été introduits pour recruter les fumeurs plus jeunes (la fumée est plus facile à inhaler) et les femmes, qui dans les années 40-50 ne fumaient quasiment pas (sauf aux USA et en Angleterre, ou les tabacs blonds ont été introduits plus tôt). Plus on commence jeune, plus on devient vite dépendant... et un fidèle client ! Il est assez rare de devenir dépendant à l'âge adulte, plus de 80% des fumeurs ont commencé avant 18 ans.
Ça aussi, suggère qu'il est nécessaire d'inhaler la fumée, qui pénètre alors plus rapidement jusqu'au cerveau, et que donc la vitesse d'absorption est un facteur clé de la dépendance.
Les quelques données dont on dispose, laissent penser que l'absorption avec la e-cigarette est plus lente (elle descend peut-être moins profondément à cause de facteurs physiques de la vapeur, comparée à la fumée). Elle permet tout de même d'absorber des quantités satisfaisantes de nicotine, d'où le soulagement du manque, mais est du coup sans doute moins addictive. Il est sans doute alors plus facile de réduire son taux de nicotine progressivement si on le souhaite (mais ce n'est pas le cas de tous les vapoteurs, ceux qui le font ont peut-être inconsciemment envie d'arrêter).

Les fumeurs occasionnels

Pour les fumeurs occasionnels, il y en a environ 5-10%, ils ne sont soit pas dépendants (parce qu'ils n'ont pas les récepteurs à la nicotine très avides, c'est génétique), ou ont une dépendance plus faible (certains par exemple éliminent la nicotine moins rapidement, je reviendrai sur ce point de l'élimination car il est aussi important pour comprendre la dépendance. Cependant, même en sachant que ce n'est pas bon pour leur santé, ils n'arrivent pas à arrêter totalement... Pourquoi? Question difficile. Le comportement tabagique est un comportement très complexe ou de nombreux facteurs entrent en jeu, et pas seulement pharmacologiques, je le concède.

Le problème c'est la fumée, pas la nicotine!

Le problème avec le tabagisme est principalement dû à l'inhalation de fumée. Quand on brûle un végétal, quel qu'il soit, on produit des cancérigènes et du CO (monoxyde de carbone), car la combustion est incomplète (lorsqu'elle est complète, la combustion produit du CO2, qui n'est pas dangereux). Le CO est très dangereux, il peut causer un infarctus à lui tout seul (c'est pour cela que l'on a introduit l'interdiction de fumer dans les lieux publics, surtout pour protéger ceux qui y travaillent, exposés plus longtemps). Le CO prend la place de l'oxygène sur l'hémoglobine du sang (qui est faite pour transporter l'oxygène) avec une affinité qui est 200 fois supérieure à celle de l'oxygène. Donc lorsque du CO est fixé sur l'hémoglobine, l'oxygène ne peut pas le déplacer. Un fumeur est comme quelqu'un qui vit en altitude (ou l'oxygène est plus rare), comme il manque d'oxygène il fabrique plus d'hémoglobine (plus de globules rouges qui en contiennent), et le sang devient plus visqueux, d'où un risque accru d'accidents vasculaires.
Au contraire de l'alcool, que l'on peut consommer modérément sans danger, on ne peut pas fumer modérément, car une seule cigarette par jour produit un risque cardiovasculaire maximal. Et ce n'est pas la nicotine qui est dangereuse, c'est bien le CO (et aussi des gaz oxydants). Alors, non, même 1 cigarette c'est trop !

C'est bien la nicotine qui rend dépendant

Les additifs ne rendent pas dépendant. Ils facilitent seulement l'inhalation, qui elle créé une dépendance plus forte, car la nicotine pénètre plus vite dans le cerveau. En termes de dépendance, une substance est d'autant plus addictive qu'elle arrive vite au cerveau (là où elle agît sur des récepteurs) après le geste. Encore une fois, c'est la même chose avec le crack (cocaïne peu raffinée, donc moins chère, que l'on peut se permettre de brûler, par rapport à une cocaïne pure qui coûte bien trop cher pour qu'on envisage de la brûler, car dans la combustion il y a toujours une perte importante --> les poêles à bois!). La combustion apporte aussi des IMAO, ces fameuses substances antidépresseurs. Les IMAO étaient une classe ancienne d'antidépresseurs, qui avaient beaucoup d'effets secondaire, d'où le développement de molécules moins agressives et leur quasi abandon. Mais ils étaient très efficaces. Dans la fumée de tabac il y a des substances IMAO qui diminuent l'activité d'enzymes appelées monoamine oxydases (MAO) qui ont pour rôle de recycler nos neurotransmetteurs comme la dopamine. La dopamine est une clé dans toutes les dépendances, c'est le neurotransmetteur du plaisir. Si on rajoute des IMAO (en fumant), on ralentie la dégradation de la dopamine qui a du coup plus de temps pour agir et produire du plaisir.
Maintenant on peut spéculer sur le fait que les compagnies de tabac aient trouvé un moyen d'accentuer la présence de ces IMAO (le sucre!!), mais de toute façon il y en a dans la fumée, même si on ne rajoute pas de sucre.
Les processus de dépendance déroutent en quelque sorte un phénomène naturel, le renforcement des comportement vitaux. Si on a faim, et que l'on trouve un moyen de se nourrir (en chassant, en cueillant... nos ancêtres quoi!), lorsque l'on mange, notre cerveau récompense cette bonne action en libérant de la dopamine, qui produit du plaisir. Même chose si on a soif et que l'on se désaltère. Et même chose lorsque l'on fait l'amour
La nature a fait en sorte de récompenser les bons comportements, nécessaires à la survie de l'individu, et donc de l'espèce. C'est du Darwin en plein, mais c'est comme ça que ça marche !
L'Homme a toujours recherché des substances qui modifiait son état de conscience, et il a trouvé des substances qui lui procuraient du plaisir, parce qu'elles agissaient sur les mêmes circuits du cerveau que ce système de récompense. C'est le hasard et la nécessité! Mais, ça marche avec toutes les substances addictives. Elles ont toute la possibilité de modifier le fonctionnement de notre cerveau et agissent toutes sur la dopamine (entre autres).
Il reste que la substance la plus importante dans le tabac, c'est bien la nicotine, et c'est pour ça que la e-cigarette marche (les substituts nicotiniques aussi, si on sait les utiliser à fortes doses et suffisamment longtemps, mais la e-cig ça marche encore mieux!). Si le fumeur peux avoir sa dose de nicotine, qui le satisfait, même un peu moins vite qu'avec la fumée de tabac, son manque disparait. Mais comme la nicotine arrive sans doute un peu moins vite qu'avec la fumée de tabac, la dépendance devient moins forte. Il est donc plus facile de réduire sa dose de nicotine, et voire d'arrêter (vaper du n0, liquide ne contenant pas de nicotine). Arrêter de fumer, est certes difficile, mais ce n'est pas impossible, arrêter les drogues dites dures non plus... il y a des tas de gens qui l'ont fait. C'est juste plus dur! Par contre il est évident pour moi que c'est la vitesse d'absorption de la nicotine qui fait toute la différence entre la cigarette et la e-cig !

La demi-vie de la nicotine

Il y a un dernier point qui est important pour la dépendance au tabac. La vitesse d'élimination de la nicotine.
Quand on veut faire un médicament, cette vitesse est très importante. On parle de demi-vie d'élimination, c'est comme pour la radioactivité. La demi-vie c'est le temps qu'il faut pour éliminer la moitié d'une substance que l'on a dans l'organisme. Pour la nicotine elle est de 2h. C'est très court.
Le médicament idéal c'est celui dont la demi-vie permet une seule prise par jour (moins de risque d'oubli). Mais si la demi-vie est plus courte, alors il faut le prendre 2 fois, voire 3 fois par jour, donc risque d'oubli, et problème de concentration efficace dans l'organisme. C'est le cas par exemple des antibiotiques, ils ont en général une demi-vie courte et cela nécessite 3 prises (matin, midi et soir). Si on rate une prise, cela peut réduire, voire anéantir l'efficacité du médicament.
Donc, demi-vie de 2h, en 4h il reste 25% de la dose, en 6h, 12,5%, en 8h 6,25% etc..., le matin le fumeur se réveille avec quasiment plus de nicotine dans le sang, d'où le besoin urgent de se recharger.
Mais il y a encore plus compliqué, la demi-vie de la nicotine dans le cerveau est de 10 minutes, cela veut dire qu'au bout de 40 à 50 minutes... il n'y a plus d'effet plaisir, d'où le besoin d'en reprendre une ! Calculez, 1 paquet de cigarette (20) en 16h de veille (si on dort 8h), 16/20 = 0,8h (x 60 minutes par heure) = 48 minutes !!!
Cette propriété de la nicotine en fait une drogue dure, il est nécessaire de la consommer fréquemment pour éviter le manque. Il n'y a pas mieux pour entretenir une dépendance. Et le lendemain matin, on reprend tout à zéro ! puisque qu'il n'y a plus de nicotine !!
Il n'existe pas d'autre substance addictive que l'on consomme aussi fréquemment, d'où aussi la force de cette dépendance.

L'effet shoot !

L'effet shoot, le fumeur ne le ressent plus (plus consciemment, mais ton cerveau si!) à cause de la tolérance aux effets de la nicotine qui s'installe très vite. Ça peut arriver après quelques jours d'arrêt, lorsque l'on reprend une cigarette. Au quotidien c'est rare. Mais en général, tout de même, la première cigarette du matin est la plus gratifiante.
Je l'ai ressenti une fois. C'était après environ 15 ans d'arrêt. J'ai goûté, pour expérimenter, une cigarette à l'anis qui était en test de vente du côté de Montpellier, et qu'une amie fumeuse m'avait rapportée. J'ai cru boire un pastis! C'était de toute évidence fait pour accrocher les ados. La fumée passait toute seule, elle ne m'a même pas fait tousser.
Je me suis aperçu alors, que j'avais gardé mes réflexes de fumeur, j'ai inhalé bien profondément comme je le faisait avant, le réflexe conditionné était toujours là.
Et là!!!!!!! Waouhhhh, je l'ai ressentie la monté au cerveau, je n'avais jamais connu ça en tant que fumeur. Je peux vous jurer que c'était impressionnant, et que je me suis dit, plus jamais ça! Ouf, ça fait bientôt 30 ans que j'ai arrêté de fumer.

Rédigé par Jacques Le Houezec

Publié dans #tabac, #additifs, #fumeur occasionnel, #dépendance, #nicotine, #IMAO, #vitesse d'absorption

Commenter cet article

Dream Steam 14/10/2016 10:48

On peut s'affranchir progressivement de la nicotine en baissant le taux de nicotine de son e-liquide, ce qui n'est pas vrai pour le tabac, les cigarettes légères entrainant une sur consommation.

magic 06/08/2014 14:50

"Donc lorsque du CO est fixé sur l'hémoglobine, l'oxygène ne peut pas le déplacer. Un fumeur est comme quelqu'un qui vit en altitude (ou l'oxygène est plus rare), comme il manque d'oxygène il fabrique plus d'hémoglobine (plus de globules rouges qui en contiennent), et le sang devient plus visqueux, d'où un risque accru d'accidents vasculaires....."

les personnes qui vivent en haute altitude n'ont pas plus d'infarctus que les autres.....Ils s'adaptent physiologiquement par le processus que vous décrivez plus haut, mais surtout grâce aux phénomènes d'homeostasie ce qui n'est pas le cas avec le tabac.

On pourait comparer, l'effet du Co au mal des montagnes, lorsqu'on fume une cigarette, la réaction hypoxique c'est un peu comme ci on passait du niveau de la mer à 2000m d'altitude en moins de cinq minutes....

Autrement dit ce n'est pas l'hypoxie en elle même, mais l'hypoxie intermittente à laquelle le corps ne peut s'adapter par le processus respiratoire et maintenir l'homéostasie.

Concernat le co et le tabagisme passif, si le Co est en effet un poison violent pour le coeur, il l'est aussi pour le système nerveux central et surtout pour le Foeuts, pour qui le co à une affinité supérieure avec l'hémogline, et une demie-vie plus longue que chez l'adulte....

Le Co est également le Gaz le plus facile à produire lors de la combustion, en gérant la ventilation et la température et surtout à cause de la fumée latérale qui contient 30.000ppm.
Ce qui fait du fumeur lui même, la première victime du tabagisme passif, ce qui n'est pas le cas pour la cigarette roulée.

le Co peut être considéré comme un poison oublié, un poison redoutable connu depuis claude Bernard,
L'oxyde de carbone ainsi que l'effet physiologique de l'hypoxie qu'il engendre, sont les meilleurs arguments pour légitimer l'utilisation de la e-cigarette.
Il est même étonnant que la prévention face à ce gaz et l'hypoxie n'a pas suscitée autant d'intérêt que la nicotine et le benzopyrène..
une denière chose, depuis une dizaine d'années, l'effet de l'hypoxie en cancérologie pourrait jouer un rôle clé, dans le développement du cancer...théorie défendue par Otto Warburg dans les années 30, aujourd'hui, cette théorie est malheuresement exploitéé par certains charlatants des thérapies alternatives.
L'histoire de l'hypoxie et du Co est assez surprenante, les archives des cigarettiers donne un aperçu de cette hstoire relativement peu connue du grand public...

L'arsenic et le cyanure d'hydrogène sont égalements de redoutables poisons hypoxiques, comme le Co ils agissent immédiatement, tandis que les goudrons et autres particules déteriorent lentement la capacité respiratoire, un effet communs de la plupart des substances contenues dans la combustion du tabac... ce qui n'est pas le cas de la e-cigarette.

keyword generator 10/07/2014 14:39

Blond tobacco used in cigarette and it is really harmful for our body. Tobacco has been banned in many countries. Thousands of people are victims of Cancer due to the excess usage of tobacco. Thank you so much for sharing your knowledge on this particular aspect.

johann 03/06/2014 17:51

Article trés bien rédigé et intéréssant pour les connaisseurs comme moi.
Merci d'avoir construit ce blog bravo !!

epep 24/05/2014 16:16

Merci pour ces infos ! Pour le dernier paragraphe, je n'avais pas réalisé l'importance de la tolérance. J'ai vécu 2 shoots à la nicotine récemment :

Pour je premier, je fumais encore un peu en parallèle de la vapote, et j'ai taxé à ma belle fille une de ces clopes pour jeunes, avec une capsule de menthol à casser devant le filtre. Elle ne m'a pas cru quand je lui ai dit que mes roulées c'était de la gnognotte comparé à sa clope, mais il semble qu'elle aspire d'une manière moins avide que moi.

Pour le deuxième, j'avais arrêté de fumer 2 mois auparavant, et vapotais alors en 16 mg. Suite à une étude du Pr. Farsalinos j'ai voulu tenter de vapoter de la base 100% PG en 38 mg/ml que j'avais au congélateur. À ma grande surprise, le très gros "hit" était supportable, et surtout j'ai très bien senti le shoot après seulement 3 bouffées. De plus je n'ai pas ressenti d'envie de vapoter pendant presque 2 heures après, ce qui ne m'était jamais arrivé en 16 mg à cette époque.

Depuis, je vapote régulièrement du 30 mg/ml, et avec la forte tolérance je comprends mieux que je ne ressente plus de shoot, mais que la dose de nicotine est toutefois rapidement efficace pour combler le manque. Comme j'ai vécu ces 2 shoots des jours où j'avais déjà consommé de la nicotine, je suppose que cette tolérance est associée à un niveau habituel de nicotinémie, qui peut être dépassé ?