Articles avec #desinformation tag

Publié le 15 Septembre 2016

Time to switch ?

En Angleterre au moins on ne tergiverse pas sur l'utilité de la vape pour aider les fumeurs !

A Leicester, en Angleterre, voici la campagne de publicité faite par les services d'aide à l'arrêt du tabac (responsable Louise Ross) à deux semaines du Stoptober qui sert de modèle à notre prochain Moi(s) sans tabac.

A ce jour, rien n'est prévu pour la vape par les autorités françaises !

Voir les commentaires

Publié le 6 Janvier 2016

Désinformation sur le vaporisateur personnel = hausse des ventes de tabac en novembre

Les ventes de tabac ont encore progressé en novembre, +9.6% pour les cigarettes et +13% pour le tabac à rouler par rapport à l'an dernier.

Données et commentaires sur le site de l'OFDT:

http://www.ofdt.fr/statistiques-et-infographie/tableau-de-bord-tabac/

Il est fort à parier qu'il en sera de même en décembre, car la désinformation a fait le plein en cette fin d'année, et la Loi de santé a enfoncé le clou.

Pour vous faire une idée de la façon dont la presse relaie sans réflexion des communiqués de presse douteux, je vous recommande chaleureusement la lecture de ce blog de Philippe Poirson: http://vapolitique.blogspot.ch/2016/01/vape-et-media-de-quel-cancer-les.html

Pour les anglophones je recommande aussi ce très bon article de la Pr Linda Bauld:

http://www.theguardian.com/science/sifting-the-evidence/2015/dec/31/no-theres-still-no-evidence-e-cigarettes-are-as-harmful-as-smoking

Voir les commentaires

Publié le 12 Octobre 2015

Traduction du blog du Dr Konstantinos Farsalinos.

Une nouvelle étude a été publiée par un groupe de chercheurs espagnols dans la revue Current Environmental Health Reports (accès gratuit au texte intégral ici). L'étude a fait une revue de la littérature et a également fait une étude d'observation dans la maison d'un vapeur, celle d'un fumeur et deux maisons où l'on ne fume ni ne vape, afin de comparer les niveaux d'exposition aux PM2,5 (particules fines).

Dans le résumé de l'étude, ils présentent les résultats de leur étude observationnelle ainsi : "Dans l'étude d'observation, la concentration médiane de PM2.5 était de 9,88 µg/m3 dans la maison où l'on vape et 9,53 et 9,36 µg/m3 dans les maisons sans fumée ni vape, avec des pics de PM2,5 simultanées aux bouffées d'e-cigarette". Curieusement cependant, dans la partie de conclusion du résumé, ils mentionnent: "Conclusion. Tant l'examen de la littérature que l'étude d'observation indiquent que l'e-cigarette utilisée dans des conditions habituelles émettent des substances toxiques, y compris des particules PM2,5 ".

Il semble que la conclusion soit contraire aux conclusions de leur petite étude observationnelle. En effet, le graphique qui montre la concentration de PM2,5 dans les foyers montre clairement que les niveaux dans la maison de vapeur de les maisons de non-fumeurs sont pratiquement indiscernables, à part quelques très petits pics au moment de la prise des bouffées d'e-cigarette. Dans le même temps, les niveaux de PM2,5 dans la maison du fumeur étaient environ 60 fois plus élevées.

Une nouvelle étude indique que l'e-cigarette émet des toxines dans l'environnement, mais les auteurs n'en trouvent pas vraiment...

Il est facile d'identifier les différences énormes, non seulement sur les niveaux de fond, mais aussi sur les pics associés avec les cigarettes de tabac (A, B et C), par rapport aux pointes minimes lors de la prise bouffées d'e-cigarette (astérisques).

La revue de la littérature a inclus une étude de Schober et al., La seule étude jusqu'à présent qui a trouvé des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) émis dans l'environnement par l'utilisation d'e-cigarette. J'ai soumis une lettre à l'éditeur au sujet de cette étude, dans laquelle j'ai expliqué qu'une erreur méthodologique importante était qu'ils ont évalué les niveaux environnementaux de base sur un autre jour que celui de l'utilisation d'e-cigarette, et j'ai fourni des références qui montrent que les niveaux de HAP peuvent changer de façon significative d'un jour à l'autre ou même au cours d'une même journée. En outre, certaines des études présentées dans la revue ont évalué le contenu en aérosol expiré d'e-cigarette dans de petites chambres de verre (volume 8-10L), qui est bien sûr un volume très faible par rapport à un volume de plusieurs m3 d'une pièce où l'aérosol exhalé est dispersé dans des conditions réalistes.

L'étude espagnole est un exemple classique et évident d'une mauvaise interprétation des résultats d'une étude. Leur conclusion devrait être que les niveaux de PM2,5 dans la maison d'un vapeur se distinguent à peine de ceux de la maison d'un non-fumeur, et sont significativement plus faible que les niveaux mesurés dans la maison d'un fumeur. En outre, ils ignorent encore une fois que la composition des particules est d'une importance vitale dans la détermination de tout risque. Les particules des produits de combustion comme celles émises par les cigarettes et qui sont associées à la pollution de l'environnement sont très différents des micro-gouttelettes de PG, VG, de l'eau et de la nicotine qui composent les émissions d'e-cigarette.

Voir les commentaires

Publié le 29 Septembre 2015

Cigarette électronique : une enquête pointe de "nombreuses anomalies"

Ce soir, le journal de TF1 reprend une dépêche de l'AFP sur une enquête de la DGCCRF. L'information commence à se répandre dans d'autres médias, ici aussi.

Que dit cette "information" ?

"La campagne de vérifications de la DGCCRF conclut à une non-conformité de 90 % des liquides prélevés et de près de la totalité des chargeurs."

"Réalisée en 2014, cette campagne de vérifications conclut à une non-conformité de 90% des liquides prélevés et de près de la totalité des chargeurs. Concernant les recharges de liquide, la DGCCRF a pointé du doigt de «nombreuses anomalies d'étiquetage» ainsi que des «produits non conformes et/ou dangereux»."

"Sur 110 analyses chimiques effectuées sur les liquides, la DGCCRF a relevé 90 % de produits non conformes, "l'étiquetage n'étant pas adapté à la composition du produit analysé", comme par exemple sur la présence ou le taux de nicotine. Par ailleurs, 6 % de ces produits ont été jugés "dangereux" pour des motifs d'absence d'étiquetage de danger ou d'absence de dispositif de fermeture de sécurité pour enfants. Concernant les chargeurs, sur les 14 modèles analysés, "13 ont été déclarés non conformes dont 9 dangereux en raison des risques de choc électrique liés à un défaut d'isolation", ajoute la DGCCRF."

Tout d'abord, il semble que cette campagne de vérification de la DGCCRF ait été réalisée en 2014. Nous sommes fin septembre 2015. Faut-il aussi longtemps à la DGCCRF pour analyser sa campagne, ou bien les autorités ont-elles attendu le "bon moment" pour les faire connaitre? Rappelons ici que la DGCCRF est sous la tutelle du Ministère des Finances, pas de la Santé !

Faut-il aussi rappeler l'épisode désastreux pour la santé publique qu'a été le débat de la loi de santé au Sénat?

Bref, ça sent un peu l'information pilotée. Attendons demain pour voir si nos médias tombent tous dans le panneau, ou si certains sortiront du lot. Dans tous les cas, ils ne seront pas nombreux à sortir du lot. C'est tellement plus simple de faire un copié-collé d'une dépêche de l'AFP, plutôt que de prendre le temps d'appeler quelques experts pour voir ce qu'ils en pensent.

Non seulement je suis un scientifique qui s'intéresse au phénomène de la vape, puisque pour moi c'est une révolution dans le domaine de l'arrêt du tabac, mais je suis aussi un scientifique de terrain. Je vais dans les boutiques, je me renseigne, je rencontre les différents acteurs du secteur, et je fais des enquêtes et des études. J'ai même été en Chine pour parler de nicotine (mon sujet préféré!), où j'ai appris que le marché français était très particulier et difficile pour eux. En effet, plus de 60% du marché français du liquide pour vaporisateur personnel (vous savez bien que je n'aime pas le terme de cigarette électronique) est d'origine française. Le vapeur français vape français! (le Ministère de l'économie devrait en être fier!)

Alors donc, sur 110 analyses (il leur a fallu tant de temps pour analyser 110 échantillons?) la DGCCRF a relevé 90% de produits non conformes, surtout concernant la nicotine. Il se trouve que j'ai aussi fait une étude avec le Dr Farsalinos sur le contenu en nicotine de liquides français (lui l'a fait sur des liquides grecs). Nous n'avons pas encore publié cette étude, mais ce que je peux vous dire, c'est que sur 21 liquides français analysés (il y en avait plus, mais la poste a malmené le colis et ils n'ont pas pu être tous analysés, car il y avait eu des fuites), 8 présentaient un taux de nicotine non conforme, dont 3 avaient une concentration supérieure et 5 avaient une concentration inférieure à celle annoncée. Ce qui veut dire que 13/21 (62%) avaient un étiquetage conforme. De plus, comme le Pr Peter Hajek, l'un des auteurs du rapport anglais (Public Health England), ne cesse de le répéter, et avec qui je suis tout à fait en accord, la précision du taux de nicotine ne pose absolument aucun problème. Un fumeur (la très grande majorité des vapeurs) sait doser sa nicotine, et donc sait inhaler la dose dont il a besoin et modifie en conséquence son inhalation pour obtenir ce qu'il recherche. Le surdosage en nicotine n'existe tout simplement pas. Le Pr Peter Hajek dit d'ailleurs, que comme sur les paquets de café (la nicotine n'est ni plus ni moins qu'un stimulant au même titre que la caféine) il n'est même pas nécessaire de préciser le taux en mg, mais de simplement indiquer fort, moyen ou léger, voire décaféiné, il pourrait en être de même sur les e-liquides.

La DGCCRF dit aussi que 6% (mon ... c'est énorme) ont été jugés dangereux, à cause d'absence d'étiquetage ou de bouchon de sécurité. Personnellement, je ne connais pas une marque de liquide français qui répond à cette définition, et s'il ne s'agit que de 6% des liquides, il ne doit pas être difficile de faire respecter la norme (qui je le précise, n'existait pas en 2014 !). Quant aux chargeurs, qui ne sont pas mon domaine, je ne pense pas qu'il y ait plus de raison que ceux destinés à la vape soit si différents des ceux destinés aux téléphones portable...la DGCCRF s'en occupe-t-elle aussi?

Quoi d'autre ?

"Cet organisme précise avoir procédé à "plus de 1 300 saisies de produits" non-conformes et dangereux et à "plus de 56 000 retraits et/ou rappels de la commercialisation". Des procédures contentieuses ont été établies parallèlement. La DGCCRF indique être "en contact permanent avec les professionnels du secteur (fabricants, importateurs, distributeurs, buralistes, etc.) afin que la réglementation soit davantage respectée". Elle annonce qu'elle va "continuer ses enquêtes visant à contrôler ce secteur d'activité"."

C'est très bien que la DGCCRF soit en rapport avec les acteurs du secteur. Une petite précision sur le rapport entre le nombre de saisies entre les boutiques de vape et les buralistes m'intéresserait particulièrement ! J'ai comme dans l'idée que ce rapport ne serait pas en faveur de nos chers (à tous les sens du terme) buralistes.

"Selon le baromètre de l'Inpes paru en février, près de 3 millions de Français vapotent régulièrement, dont la moitié chaque jour, faisant de la France le premier marché européen en nombre de vapoteurs, devant le Royaume-Uni."

Rappelons les données que le Dr Farsalinos a présenté au vapexpo 2015 selon lesquelles (et ce ne sont pas ses données, mais celles de la Commission européenne, à travers son Eurobaromètre) près de 40% des vapeurs ont arrêté de fumer, et 36% ont réduit leur consommation de tabac, soit 3/4 des vapeurs qui ont un bénéfice par rapport à leur tabagisme antérieur. Quant à l'utilisation par les non-fumeurs, elle est tout simplement inexistante, hormis l'expérimentation, mais aucune utilisation régulière, même mensuelle.

Ce n'est vraiment pas ce que nous a montré le journal de 20h de TF1, pourquoi ? Pour quelles raisons ? Qui a donc tant besoin de dénigrer la vape aujourd'hui en France ? Je pense que vous savez aussi bien que moi répondre à ces questions.

Voir les commentaires

Publié le 8 Décembre 2014

Mise à jour du 8 décembre (voir * ci-dessous)

Jeudi 27 novembre, toute la presse mondiale s'est fait l'écho d'une soi-disant étude japonaise montrant des taux de formaldéhyde dans la vapeur de cigarette électronique 10 fois supérieurs à ceux retrouvés dans la fumée de cigarette.

Et tout le monde de tirer à boulets rouges sur le vaporisateur de nicotine avec des titres mensongers du type "La cigarette électronique est, elle aussi, cancérigène" ou "Les cigarettes électroniques plus cancérigènes que le tabac?".

Tous reprennent en chœur une dépêche de l'AFP. Sans prendre le temps bien sûr d'aller se renseigner sur l'étude en question.

Pourtant le même jour, le Dr Farsalinos, qui est l'Editeur invité d'un numéro spécial sur la cigarette électronique dans cette revue scientifique, fait une analyse critique de cette étude et rapporte les propos qu'il a échangé avec le Pr Kunugita, l'un des auteurs de l'étude, et qui a rédigé un rapport pour le Ministère de la santé japonais. C'est suite à la remise de ce rapport que le Pr Kunugita a donné une interview où il a mentionné "In one brand of e-cigarette the team found more than 10 times the level of carcinogens contained in one regular cigarette" ["dans une marque de e-cigarettes l'équipe a trouvé des niveaux de carcinogènes 10 fois supérieurs à ceux contenus dans une cigarette normale"].

Alors que tout le monde reprend en chœur le mot "carcinogènes" au pluriel, l'interview ne mentionne que le formaldéhyde (qui est une substance à laquelle tout le monde d'ailleurs est exposé, car c'est un polluant courant dans les habitations). Lorsque l'on analyse l'étude japonaise citée plus haut, on trouve en fait une moyenne de 4.2 µg de formaldéhyde pour 10 bouffées, et sur 13 marques testées, celle produisant le plus de formaldéhyde a donné une valeur de 34 µg/10 bouffées. Cependant, l'étude n'a pas comparé ces taux avec ceux de la cigarette de tabac. Le Dr Farsalinos l'a fait dans sa critique. Il se rapporte à une étude canadienne de 2008 qui a montré un taux moyen de 200 µg par cigarette (voir le tableau ci-dessous). Soit 50 fois plus que la moyenne des 13 marques de cigarettes électroniques testées dans l'étude japonaise, et au pire, 6 fois plus que celle ayant produit la plus grande quantité (34 µg/10 bouffées). Il faut noter aussi, que la fumée secondaire d'une cigarette (celle impliquée dans le tabagisme passif, et qui n'existe pas pour le vaporisateur de nicotine) produit plus de 800 µg de formaldéhyde!

En tout état de cause, il n'est pas scientifiquement valide de prendre une valeur parmi les 13 et d'accuser l'ensemble des produits testés (c'est pourtant ce qu'avait fait sans vergogne 60 millions de consommateurs en 2013, et qui lui avait valu une critique acerbe de la part des scientifiques).

Journalisme: tourner 7 fois sa souris dans sa main avant de faire un copié-collé d'une dépêche de l'AFP !

Mais en fait, le Dr Farsalinos rapporte d'autres propos du Pr Kunugita qui ont été repris dans le communiqué de presse de l'AFP. Son équipe de recherche a testé d'autres produits et il semble qu'ils aient trouvé une valeur 10 fois supérieure (1600 µg/15 bouffées) avec une autre marque de e-cigarettes, et c'est cela qui a été repris. Cependant, ces données ne sont publiées nul part, donc non évaluée, vérifiée et confirmée par d'autres experts, comme ce doit être le cas pour toute publication scientifique.

Il est évident, que se focaliser sur une substance parmis les dizaines de carcinogènes présents dans la fumée de tabac n'est rien d'autre que de la désinformation. Comme le souligne le Dr Farsalinos, même si la vapeur de cigarette électronique contenait des quantités similaires ou supérieures de formaldéhyde par rapport à une cigarette de tabac, elle ne contient ni monoxyde de carbone (CO), ni particules fines solides, ni gaz oxydants, ni la majorité des autres substances toxiques de la fumée de tabac. Cela fait que même si le risque résiduel du vaporisateur de nicotine n'est pas nul (le risque zéro n'existe pas d'ailleurs), il est considérablement moindre (de plusieurs ordres de grandeur) que le risque tabagique. C'est cela que les fumeurs sont en droit de savoir pour qu'ils puissent prendre une décision éclairée sur le fait qu'il choisissent ou non de vapoter. Ce n'est pas ce que leur offre les médias, bien aidés d'ailleurs par certains chercheurs qui déforment les résultats de la science* dans le but de s'opposer à ce produit en utilisant tous les arguments possibles (comme celui de l'initiation des jeunes qui les conduiraient soi-disant vers le tabagisme, ce qu'aucune enquête à l'heure actuelle n'a pu démontrer).

Heureusement, aujourd'hui certains journalistes, moins pressés sans doute de faire du sensationalisme, ont présenté cette étude d'une façon plus critique. Je les en remercie, et je les cite donc:

http://www.slate.fr/story/95171/cigarette-electronique-cancer-fausse-alerte-japonaise

http://www.lematin.ch/suisse/Vapoter-est-moins-risqu-que-fumer/story/31224090

http://news.doctissimo.fr/Sante/Cigarette-electronique-et-cancer-et-si-l-alerte-japonaise-n-etait-q-un-petard-mouille-38818

 

Pour ceux qui voudraient partager ce document, voici le pdf:

https://www.dropbox.com/s/yc3x3lnongi7rjs/Journalisme%20-%20touner%207%20fois%20sa%20souris.pdf?dl=0

 

Mise à jour du 8 décembre

* Une mise au point par Robert West publiée dans le journal Addiction, réclamant un traitement honnête des données scientifiques sur le VP. Il insiste clairement sur la désinformation que produisent certaines publications venant de chercheurs clairement opposés au VP et n'hésitant pas à déformer les données scientifiques pour atteindre leur but. Une liste de publications importantes est aussi mentionnée. (voir ici une traduction en français)

Voir les commentaires