Articles avec #reduction du risque tag

Publié le 15 Novembre 2013

My presentation at the E-cigarette Summit, London

Here is a link to the transcript of my presentation on nicotine safety at the recent e-cigarette Summit in London (12/11/2013).

http://www.e-cigarette-forum.com/infozone/Dr-Jacques-Le-Houezec

All the presentations from the other speakers are also available here:

http://www.e-cigarette-forum.com/infozone/e-cigarette-summit-presentations

Ma présentation sur la nicotine, ainsi que les présentations de tous les orateurs sont disponibles (en anglais) à partir des liens ci-dessus.

Voir les commentaires

Publié le 15 Novembre 2013

Vous pouvez aussi rejoindre l'appel des 100 (médecins, professionnels de santé et grand public) ici:

You can now join the call (physicians, health professionals, or public/individual) at:

http://www.toslog.com/philippepresles/6185/1/accueil

(click on "je rejoins l'appel")

L'appel des 100 relayé par le Quotidien du médecin : http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/sante-publique/l-e-cigarette-apporte-une-reponse-au-manque-physique-et-psychologique-affir

The French version was published today in Le Parisien (la version française est disponible ici):

http://www.leparisien.fr/reactions/societe/l-appel-de-100-medecins-en-faveur-de-la-cigarette-electronique-15-11-2013-3317849.php

CALL OF 100 PHYSICIANS IN FAVOUR OF ELECTRONIC CIGARETTES

Initiated and coordinated by Dr. Philippe Presles
Tobaccologist


As physicians and health professionals we see patients severely affected by tobacco smoking daily, many of which will die or be disabled despite our daily care. This is the most serious problem of public health in the world. However, we see further expand the use of electronic cigarettes that clearly help many smokers to turn the page of tobacco. But misconceptions have emerged that limit their diffusion, while its potential in terms of public health is real.

It is therefore appropriate to say that :

  • This is the combustion of tobacco that is harmful to health of smokers, not nicotine. It is well established that nicotine replacement therapy is not harmful to health of smokers who want to quit. The same is true for the nicotine in e-cigarettes;

  • The main toxins produced by the combustion of tobacco, present in the smoke, are the carbon monoxide or CO, responsible for myocardial infarction and stroke, carcinogens from tar, and fine particles resulting in chronic obstructive bronchitis. The dangers of electronic cigarettes are considerably much lower than those of tobacco, since their vapor contains no CO, no tar, and no fine solid particles;

  • The characteristics of the electronic cigarettes should always be compared to those of the conventional cigarette, and if doubts and debates on the perfect long-term safety of some of its components persist, they must be opposed to the absolute certainty of harmfulness of tobacco;

  • Electronic cigarettes can be recommended to all smokers who want to quit smoking, and can be used in combination with patches or with other smoking cessation therapies, if its use is not sufficient to maintain abstinence. E-cigarettes are less addictive than conventional cigarettes, and thus helps to a rapid or gradual tobacco smoking cessation.

We therefore recommend to our colleagues to actively learn about electronic cigarettes, which are a new public health issue in our common fight against tobacco-related diseases. The report and expert opinion on the e-cigarettes from The French Office for Tobacco Prevention (OFT, May 2013 ) is in this respect a remarkable synthesis : http://www.ofta-asso.fr/docatel/Rapport_e-cigarette_VF_1.pdf

We recommend that research to improve e-cigarettes and e-liquids continue actively, so as to satisfy a growing number of smokers and effectively assist them in smoking cessation. To this end, we support the position of the French authorities not to make e-cigarettes as a medicine, and so to leave the opportunity for research to all potentially concerned industry, to improve safety and efficacy of these products.

Signatories :

Addiction :

- Dr Eve Gelsi, gastro-entérologie, CHRU de Nice

- Pr Pascal Perney, CHU de Nîmes

Allergology :

- Dr Etienne Bidat, Hôpital Ambroise-Paré

- Dr Pierrick Hordé, Boulogne-Billancourt

Andrology :

- Dr Pierre Desvaux, urologie, sexologie, Hôpital Cochin

Anaesthesia-resuscitation :

- Dr William Murphy, Hôpital européen Georges-Pompidou

Biology :

- Dr Carole Emile, CHI Le Raincy-Montfermeil

Cancerology :

- Dr Thierry Dorval, Institut Curie

- Dr Marc Espié, sénologie, Hôpital Saint-Louis

Cardiology :

- Dr Alain Cornen, Réanimation cardiaque, Hôpital privé Clairval

- Pr Martin Juneau, Institut Cardiologique de Montréal

- Dr Pascal Lim, Hôpital Henri-Mondor

Cardiac and Thoracic Surgery :

- Pr Alain Pavie, Hôpital Pitié-Salpêtrière

Dental Surgery :

- Dr Paul Cattanéo, Paris

- Dr Jean-Philippe Roset, Strasbourg

Digestive and Oncological Surgery :

- Pr Jean-Marc Chevallier, Hôpital européen Georges-Pompidou

- Pr Yves Panis, Hôpital Beaujon

Maxillofacial Surgery :

- Pr Pierre Bouletreau, Centre hospitalier Lyon-Sud

Orthopedic Surgery :

- Pr Thomas Bauer, Hôpital Ambroise-Paré

- Pr Philippe Hardy, Hôpital Amboise-Paré

- Pr Rémy Nizard, Hôpital Lariboisière

Plastic, Reconstructive, and Aesthetic Surgery, Hand Surgery

- Pr Christian Dumontier, CHRU de Nice

Thoracic and Vascular Surgery :

- Pr Emmanuel Martinod, Hôpital Avicenne

Vascular and Endocrine Surgery :

- Pr Eric Allaire, Hôpital Henri-Mondor

- Pr Jean-Pierre Becquemin, Hôpital Henri-Mondor

- Pr Pascal Desgranges, Hôpital Henri-Mondor

Dermatology :

- Dr Philippe Evenou, Paris

Endocrinology and Metabolic Diseases :

- Dr Saïd Bekka, diabétologie, CH de Chartes

- Dr Arnaud Cocaul, nutrition, Hôpital Pitié-Salpêtrière

- Dr Jean-Michel Lecerf, nutrition, Institut Pasteur et CHRU de Lille

Geriatry :

- Pr Claude Jeandel, CHU de Montpellier

Gynaecology :

- Dr Joëlle Bensimhon, Hôpital Cochin

- Dr David Elia, Genesis, Paris

- Pr René Frydman, expert reproduction, hôpital Foch de Suresnes

- Dr Christian Jamin, endocrinologie, Paris

- Dr Michèle Lachowsky, psychosomatique, Paris

- Dr Joseph Monsonego, Eurogyn, Paris

- Dr Michèle Pierobon, Paris

Hepatic Gastric Enterology :

- Dr Charles Hagège, Paris

- Pr Patrick Marcellin, hépatologie, Hôpital Beaujon

General Physicians :

- Dr Michel Brack, Paris

- Dr Luc Buhannic, Laboratoire Doliage, Surennes

- Dr Antoine Chollier, Boulogne-Billancourt

- Dr Franck Gigon, La Varenne Saint-Hilaire

- Dr Catherine de Goursac, Paris

- Dr Didier Jourdan, Vieillevigne

- Dr Michel Murino, CIO kantarhealth, Paris

- Dr Alain Rivière, Monfort-en-Chalosse

- Dr Nathalie Szapiro-Manoukian, Trévoux-Tréguignec

Physical Medicine and Re-adaptation :

- Dr Marie-Sandrine Mann-Batard, UGECAM Clémenceau, Strasbourg

Sport Medicine :

- Dr Daniel Gloaguen, Tregunc

- Dr Roland Krzentowsky, rééducation et réadaptation fonctionnelle, Paris

Vascular Medicine :

- Dr Philippe Blanchemaison, Paris

- Dr Christian Gardon-Mollard, Chamalières

- Dr Jean-Pierre Laroche, CHU de Montpellier

- Dr Gilles Miserey, Rambouillet

Neurology :

- Pr Hugues Chabriat, Hôpital de Lariboisière

- Pr Jean-Louis Mas, Hôpital Sainte-Anne

- Dr Caroline Papeix, Hôpital Pitié-Salpêtrière

- Dr Didier Rougemont, Paris

- Pr Emmanuel Touzé, CHU de Caen

Ophthalmology :

- Dr Salomon-Yves Cohen, Hôpital de Lariboisière

- Dr Sandrine Galleri, Istres

- Dr Jean-Paul Lumbroso, Chirurgie réfractive, Paris

- Pr Eric Souïed, Centre hospitalier intercommunal de Créteil

- Dr Xavier Subirana, Paris

- Dr Ronan Tanguy, Lyon

Ears Nose and Throat :

- Dr Michel Hanau, chirurgie cervico-faciale, cancérologie, Groupe Santé Victor Pauchet, Amiens

- Dr Jean-Michel Klein, Président du syndicat national des ORL

- Dr Patrick Sachot, chirurgie cervico-faciale, Clermont-l'Hérault

- Dr Robert Vincent, Chirurgie cervico-faciale, cophochirurgie, Clinique du Dr Jean Causse, Colombiers

Pharmacy :

- Dr Françoise Murjas, Marseille

Exercise Physiology :

- Dr Thibaut Guiraud, Clinique Saint-Orens, Toulouse

Chest Physicians :

- Dr Catherine Daniel, cancérologie, Institut Curie

- Dr Alain Livartowski, cancérologie, Institut Curie

- Dr Gérard Mathern, tabacologie, Saint-Chamond

- Pr Charles-Hugo Marquette, cancérologie, soins intensifs respiratoires, CHRU de Nice

- Dr Hervé Pegliasco, cancérologie, allergologie, Hôpital européen de Marseille

- Dr Jean-Baptiste Stern, Institut Mutualiste Montsouris

Psychiatry :

- Dr Paul Bensussan, expert agréé à la cours de cassation, Versailles

- Dr Nicolas Duchesne, Montpellier

- Dr Yann Hodé, Centre hospitalier de Rouffach

- Dr Pascal Josse, CSAPA et CHU de Nancy

- Pr Christophe Lançon, addictologie, Hôpitaux-Sud Marseille

- Dr Hervé Montes, Orléans

Radiology :

- Dr Thierry Buhé, Saint-Brieuc

- Dr Francis Tobolsky, Paris

Rheumatology :

- Pr Maxime Breban, Hôpital Ambroise-Paré

Public Health :

- Dr Edouard Bidou, Paris

- Pr Jean-François Etter, Institut de médecine sociale et préventive de Genève

- Pr Antoine Flahault, Université Paris Descartes

Sexology :

- Dr Pascal de Sutter, Université de Louvain

Tobaccology (smoking cessation) :

- Dr Gilbert Lagrue, pionnier de la tabacologie à Henri-Mondor

- Dr Béatrice Le Maître, CHU de Caen

- Dr Jacques Le Houezec, Rennes

- Dr Philippe Presles, Institut Moncey

Trauma Emergency :

- Dr Françoise Benhamou, Hôpital Ambroise-Paré

Urology :

- Pr François Haab, Hôpital Tenon

- Pr Gilles Karsenty, Hôpital de la Conception, Marseille

- Pr Arnaud Méjean, Hôpital européen Georges-Pompidou

- Pr Alexandre de la Taille, Hôpital Henri-Mondor

- Pr Olivier Traxer, Hôpital Tenon

Voir les commentaires

Publié le 5 Novembre 2013

Une étude de Jean-François Etter et Chris Bullen

On sait peu de choses sur le changement dans le comportement des utilisateurs de cigarettes électroniques dans le temps. Nous avons suivi 477 utilisateurs de cigarettes électroniques pendant un mois et 367 utilisateurs sur un an.

Nous avons constaté que l'usage de la cigarette électronique n'a pas d' effets délétères sur le comportement tabagique.

Objectif: Evaluer le changement de comportement sur ​​12 mois chez les utilisateurs de cigarettes électroniques ("vapoteurs").

Méthodes: Enquête longitudinale sur Internet, de 2011 à 2013. Les participants ont été inscrits sur des sites dédiés à l'e-cigarette et le sevrage tabagique. Nous avons évalué l'utilisation des e- cigarettes et de tabac chez la même cohorte au départ, puis après un mois (n = 477 ) et un an ( n = 367).

Résultats: La plupart des participants (72%) étaient d'anciens fumeurs et 76% utilisaient des e- cigarettes tous les jour. Au départ, les utilisateurs actuels vapotaient depuis 3 mois, tiraient 150 bouffées par jour sur leur e- cigarette et utilisaient des liquides de remplissage contenant 16 mg/ml de nicotine, en moyenne. Presque tous les vapoteurs quotidiens au départ vapotaient toujours après un mois ( 98%) et un an ( 89%). Chez les vapoteurs quotidiens, le nombre de bouffées par jour sur l'e-cigarettes est resté inchangé entre le début et un an. Parmi les anciens fumeurs qui vapotaient quotidiennement au départ, 6 % avaient recommencé à fumer après un mois et également 6% après un an. Parmi les utilisateurs doubles (les fumeurs qui vapotaient quotidiennement au départ), 22% avaient cessé de fumer après un mois et 46% après un an. Parmi les vapoteurs qui fumaient encore lors du suivi, la consommation de cigarettes a diminué de 5,3 cig. par jour après un mois (de 11,3 à 6,0 cig./jour, p=0,006), mais est resté inchangé entre le début et 1 an de suivi.

Conclusions: Les e-cigarettes peuvent contribuer à la prévention des rechutes chez les anciens fumeurs et au sevrage tabagique chez les fumeurs actuels.

Auteurs: Jean -François Etter (1), Chris Bullen (2)

1) Institut de médecine sociale et préventive, Faculté de médecine, Université de Genève, Suisse

2) Institut national pour l'innovation en santé , École de santé des populations, Université d'Auckland , Nouvelle-Zélande

Lien vers l'article/ link to the article : Addictive Behaviors

Abstract in English

Objective: To assess behavior change over 12 months in users of e-cigarettes (“vapers”).

Methods: Longitudinal Internet survey, 2011 to 2013. Participants were enrolled on websites dedicated to e-cigarettes and smoking cessation. We assessed use of e-cigarettes and tobacco among the same cohort at baseline, after one month (n = 477) and one year (n = 367).

Results: Most participants (72%) were former smokers, and 76% were using e-cigarettes daily. At baseline, current users had been using e-cigarettes for 3 months, took 150 puffs/day on their e-cigarette and used refill liquids containing 16 mg/ml of nicotine, on average. Almost all the daily vapers at baseline were still vaping daily after one month (98%) and one year (89%). Of those who had been vaping daily for less than one month at baseline, 93% were still vaping daily after one month, and 81% after one year. In daily vapers, the number of puffs/day on e-cigarettes remained unchanged between baseline and one year. Among former smokers who were vaping daily at baseline, 6% had relapsed to smoking after one month and also 6% after one year. Among dual users (smokers who were vaping daily at baseline), 22% had stopped smoking after one month and 46% after one year. In dual users who were still smoking at follow-up, cigarette consumption decreased by 5.3 cig/day after one month (from 11.3 to 6.0 cig./day, p = 0.006), but remained unchanged between baseline and 1-year follow-up.

Conclusions: E-cigarettes may contribute to relapse prevention in former smokers and smoking cessation in current smokers.

Voir les commentaires

Publié le 2 Octobre 2013

Pour la première fois, une association de prévention du tabagisme, l'OFT, s'associe à l’association des utilisateurs de e-cigarette, AIDUCE pour lancer un cri d’alarme sur l’avenir de l’e-cigarette en France et en Europe.

Alors que les ventes de cigarettes étaient stables en France depuis 2005, elles ont baissé de 3% en 2012 et de 8% les 7 premiers mois de 2013.

Selon le communiqué : "L’explication la plus plausible à cette baisse importante des ventes de tabac est l’apparition de l’e-cigarette que 22,6% des fumeurs (3 millions) ont essayé selon la réanalyse de l’Eurobaromètre 2012, probablement plus de 2 fois plus aujourd’hui. Il y a près de 400 boutiques en France alors qu’il n’y en avait que 100 en début d’année 2013."

Lire la suite : http://www.aiduce.fr/communique-aiduce-oft-cigarette-electronique-europe/

Read the press realease in English :

http://www.rebeccataylor.eu/wp-content/uploads/2013/10/CP-EN-OFT-AIDUCE-ECIGARETTES-02-10-2013.pdf

Voir les commentaires

Publié le 21 Septembre 2013

Depuis, je l'ai lu et voici ce que j'en dis:

https://www.facebook.com/ToutCeQueVousAvezToujoursVouluSavoirSurLeTabac

La revue du contenu du livre par vape-actu: http://vape-actu.fr/la-verite-sur-la-cigarette-electronique/

Professeur Jean-François Etter
Préface du docteur Gérard Mathern
La vérité sur la cigarette électronique

La France compte 14 millions de fumeurs, dont 80% déclarent vouloir arrêter de fumer. Car la cigarette coûte cher : à 7€ le paquet, elle provoque la mort de 73000 personnes par an en France. Or, arrêter de fumer est extrêmement difficile. Rien d’étonnant : la cigarette est classée, devant l'alcool, parmi les substances les plus addictives.
Un appareil est en train de révolutionner la vie de millions de fumeurs dans le monde : la cigarette électronique. Reproduisant le geste et la sensation de brûlure dans la gorge chers aux fumeurs, délivrant (ou pas) de la nicotine, ses bénéfices rapides sur la santé et le pouvoir d’achat en font un phénomène massif et global. En septembre 2013, 1,5 million de Français déclaraient « vapoter » régulièrement.
Que sont les e-cigarettes et les e-liquides ? Pourquoi un tel succès ? L’e-cigarette est-elle dangereuse pour votre santé ? Peut-elle vraiment vous aider à arrêter de fumer ? Peut-elle sauver des vies ? Est-ce une révolution dans la santé publique ? Que penser de l’entrée des cigarettiers dans ce marché ? Quelles normes et réglementations lui appliquer ?
Le professeur de santé publique Jean-François Etter et le docteur Gérard Mathern, spécialistes de la question, répondent du point de vue pratique, scientifique et médical, à toutes ces questions. Ils révèlent aussi un phénomène nouveau : le rôle majeur des consommateurs dans l’émergence et le développement d’une nouvelle alternative au tabac.
Jean-François Etter est politologue et professeur de santé publique à la Faculté de Médecine de Genève, spécialiste de la dépendance et de la prévention du tabagisme.
Gérard Mathern est pneumologue et tabacologue, président de l’IRAAT et membre de la société française de Tabacologie.

En librairie le 2 octobre 2013

Contact Presse
Dominique Fusco
01 45 49 82 32
dfusco@editions-fayard.fr

Un nouveau livre grand public sur la e-cigarette sort prochainement!

Voir les commentaires

Publié le 16 Septembre 2013

Cette analyse de la littérature scientifique très exhaustive est plutôt rassurante pour les vapoteurs. Elle a été faite dans le cadre des limites acceptables de la médecine du travail.

L'article en anglais, est disponible ici:

http://publichealth.drexel.edu/SiteData/docs/ms08/f90349264250e603/ms08.pdf

Je reviendrai sur le contenu plus en détail.

En attendant, les conclusions sont les suivantes:

  • Même en les comparant aux limites acceptables de l'exposition involontaire, dans le cadre de la médecine du travail, et en prenant beaucoup de précautions dans les hypothèses utilisées, l'exposition aux toxiques connus, lorsque l'on utilise une e-cigarette, est bien plus basse que les limites des seuils acceptables. C'est à dire que même en ignorant les bénéfices de l'utilisation de la e-cigarette (ndlt: arrêt ou réduction du risque) et le fait que l'exposition est volontaire et non subie, et même en comparant avec les niveaux d'expositions considérés comme inacceptables pour les gens ne l'utilisant pas, ou ne voulant pas l'utiliser, le niveau d'exposition ne devrait pas générer d'inquiétude ou d'appel à l'action.
  • Les inquiétudes concernant la nicotine ne s'appliquent qu'au vapoteurs qui ne souhaitent pas consommer de nicotine; une exposition volontaire (en fait, intentionnelle) est très différente d'une exposition à un contaminant.
  • Il n'y a aucun problème sérieux concernant les contaminants tels que les composés organiques volatiles (formaldéhyde, acroléine, etc...) dans les e-liquides eux-mêmes ou lorsqu'ils sont chauffés. Bien que ces composants soient présents, ils n'ont été détectés à des niveaux problématiques que dans quelques études, qui ont été réalisées à des températures de chauffe irréalistes.
  • L'inquiétude rapportée fréquemment à propos de la contamination des e-liquides par des quantités non négligeables d'éthylène glycol ou de diéthylène glycol, n'est basée que sur un seul échantillon d'un produit de technologie ancienne (et n'atteignant pas d'ailleurs des niveaux inquiétants pour la santé) et n'a jamais été répliqué.
  • Les nitrosamine spécifiques du tabac (NAST) sont présentes en faibles quantités (traces) et ne posent pas plus de problème (certainement moins d'ailleurs) de santé que les NAST trouvés dans les produits du tabac non fumés modernes (ndlt: snus suédois), qui ne présentent pas de risque mesurable en termes de cancers.
  • La contamination par les métaux semble aussi se faire à des niveaux ne posant pas de risques pour la santé, et les rapports alarmistes à propos de ces contaminations sont basées sur des hypothèses irréalistes concernant la forme moléculaire en jeu (ndlt: le cas du chrome).
  • La littérature actuelle tend à surestimer l'exposition et à exagérer les conséquences. C'est en partie dû à un discours rhétorique, mais résulte aussi de problèmes techniques. La confusion la plus évidente tient à la concentration de l'aérosol, qui en elle-même ne nous dis pas grand chose sur le risque sanitaire, par rapport à l'exposition totale de l'aérosol dilué par tout l'air inhalé au cours d'une journée. Il y a aussi un biais dans les précédents rapports en faveur de quelques cas isolés de fortes concentrations de composants chimiques dans plusieurs études, de telle sorte que l'exposition moyenne calculée est beaucoup plus élevée qu'elle n'est en réalité, parce que l'on omet les études où rien n'a été détecté.
  • Le contrôle chimique routinier des e-liquides est plus simple et moins coûteux que les mesures faites sur l'aérosol. En associant cela à la compréhension de l'effet de la composition d'un liquide sur le devenir d'un aérosol, et en fonction du comportement des vapoteurs, cela pourrait servir d'outil afin de s'assurer de l'innocuité des e-cigarettes.
  • Les seules expositions intentionnelles (donc, pas la nicotine) qui nécessitent plus de recherche, sont celles concernant le propylène glycol et la glycérine. L'exposition à ces produits ne présente pas de problèmes de santé connus, mais un tel niveau d'exposition est nouveau et nécessite plus de recherche afin de rassurer les consommateurs.

Voir les commentaires

Publié le 5 Septembre 2013

Quelques interviews ont été mis en ligne:

http://europeandyou.com/news/1384/2/

L'émission vapourtrail TV d'hier soir y a été consacrée. Le vote concernant la Directive tabac semble être repoussé d'un mois, mais les intimidations fusent sur les réseaux sociaux, et on accuse surtout le lobby du tabac d'être derrière.

Les eurodéputés ne veulent pas voir, ou n'ont pas encore compris, la puissance que représente les vapoteurs européens unis au sein de leurs associations.

http://www.vapourtrails.tv/?p=7137

Voir les commentaires

Publié le 30 Juillet 2013

Voici un article (en anglais) auquel j'ai participé qui critique la médicalisation de la e-cigarette. Il est en accès libre (il suffit de s'enregistrer) sur le site du Lancet :

http://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600%2813%2970124-3/fulltext

Nous l'avons transmis à l'OMS qui a récemment publié de nombreuses prises de positions opposées à la e-cigarette.

Un contre argument, plutôt faible, a été associé à notre article:

http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS2213-2600%2813%2970160-7/fulltext

La conclusion de notre article traduite ici:

"En conclusion, puisque les cigarettes électroniques sont des produits de consommation courante qui entrent en compétition avec les cigarettes, bien plus dangereuses et qui ne sont pas réglementées comme médicament, une réglementation médicale obligatoire n'est pas nécessaire pour la santé publique et peut même la mettre en danger en limitant la possibilité pour les e-cigarettes de se substituer aux cigarettes conventionnelles sur le marché. Une réglementation excessive pourrait protéger le monopole de vente des cigarettes et entraîner plus de maladies et la mort de millions de fumeurs qui seraient empêchés de passer aux générations futures de cigarettes électroniques. Pour la première fois dans l'histoire du contrôle du tabac, une possibilité réelle d'éliminer le tabagisme se fait jour, et cela pourrait se passer avec un investissement minime, voire nul, de la part des gouvernements. Les réglementaires du médicament devraient cesser le feu !"

Voir les commentaires

Publié le 21 Juin 2013

Pourquoi vouloir faire de la e-cigarette un médicament? Pas la peine il est déjà en route... Un inhalateur pulmonaire de nicotine va être testé dans une étude en Nouvelle-Zélande.

716 fumeurs vont être recrutés et suivis pendant 7 mois. La moitié recevra l'inhalateur avec de la nicotine et l'autre moitié un placebo. Tous les fumeurs porteront aussi un patch de nicotine et devront réduire progressivement leur consommation de cigarettes pendant 1 mois avant d'arrêter complétement.

Cet inhalateur deviendra donc un médicament pour l'arrêt du tabac, et les médecins pourront le prescrire. Laissons donc à la e-cigarette son statut de produit de consommation courante, pour atteindre les fumeurs qui ne seront toujours pas prêts à franchir le seuil du cabinet du médecin ou de la pharmacie.

http://www.stuff.co.nz/national/health/8822875/Nicotine-inhaler-gives-instant-hit

Voir les commentaires

Publié le 20 Juin 2013

Cette étude est très importante, car elle est la première à analyser précisément la façon dont les utilisateurs de e-cigarette vapotent, et à évaluer la quantité de e-liquide utilisée.

Pour cela, 45 vapoteurs expérimentés et 35 fumeurs, de 20 à 45 ans, ont été recrutés. Les vapoteurs, tous anciens fumeurs, vapotaient quotidiennement des e-liquides avec des concentrations de nicotine allant de 6 mg/ml à 12 mg/ml. Ils vapotaient en moyenne depuis 7 mois et utilisaient 5 ml de e-liquide chaque jour. Les fumeurs n'avaient jamais utilisé de e-cigarette. Ils étaient tous abstinents depuis la veille au soir (au moins 8h) de e-cig pour les uns, et de cigarettes pour les autres.

La e-cigarette utilisée dans l'étude était une eGo-T munie d'un atomiseur Epsilon (clearomiseur), considérée comme une e-cig de seconde génération. Un e-liquide à 9 mg/ml a été utilisé pour l'étude.

Les vapoteurs ont utilisé la e-cig ad libitum (à volonté) pendant 20 minutes, pendant qu'ils étaient filmés afin, par la suite, d'analyser image par image pour déterminer les caractéristiques topographiques du vapotage (durée d'allumage de la diode déclenchant la batterie, durée d'inhalation, durée d'exhalaison). Les fumeurs ont aussi été filmés en fumant 2 cigarettes (7 mg de goudron, 0,7 mg de nicotine, selon la machine à fumer), puis un autre jour, en vapotant pendant 10 minutes (après avoir reçu des instructions concernant l'utilisation de la e-cig). Les images vidéos étaient prisent à 25 images/secondes, ce qui donne une précision d'analyse image par image de 40 ms.

Afin de minimiser les biais d'évaluation, seules 10 bouffées de cigarette ou de e-cig consécutives ont été analysées dans les 2 groupes. Les 3 premières bouffées n'étaient pas analysées, afin de laisser un temps d'adaptation aux utilisateurs, les bouffées analysées ont été les bouffées 4 à 13.

Pour déterminer la quantité de e-liquide utilisé par les vapoteurs (pas par les fumeurs), le clearomiseur était pesé avant utilisation, puis après 5 minutes et 20 minutes de vapotage. Le temps de 5 minute a été utilisé car il représente à peu près le temps nécessaire pour fumer une cigarette, les 20 minutes ont été choisies car elles représentent le temps d'utilisation d'un inhaleur de nicotine (substitut nicotinique) pour délivrer 4 mg de nicotine.

Les résultats montrent que la durée de la bouffée de e-cig prise par les vapoteurs est significativement (p<0,001) plus longue (4,2 +/- 0,7 s) que la bouffée de cigarette ou de e-cig prise par les fumeurs (2,1 +/- 0,4 s et 2,4 +/- 0,5 s, respectivement). A l'inverse, la durée de l'inhalation est significativement (p<0,001) moindre avec la e-cig chez les vapoteurs (1,3 +/- 0,4 s) que chez les fumeurs (2,2 +/- 0,4 s et 2,0 +/- 0,4 s, respectivement). Par contre, aucune différence n'a été observée sur la durée d'exhalaison (1,7 +/- 0,5 s ; 1,8 +/- 0,4 s et 1,7 +/- 0,3 s, respectivement).

Les vapoteurs ont pris 13 bouffées en 5 minutes et 43 bouffées en 20 minutes (soit 1 bouffée toutes les 20 à 30 s), ce qui correspond à 62 mg (ou 0,05 ml) et 219 mg (ou 0,18 ml) de e-liquide (la quantité de e-liquide consommée est significativement corrélée au nombre et à la durée des bouffées, et aucun effet dû à l'âge, l'historique du tabagisme ou à la durée d'utilisation d'une e-cig quotidiennement, n'a été observé). Selon ces données, et la concentration à 9 mg/ml du e-liquide utilisé, les e-cig, dans ces conditions d'utilisation, ont délivré 0,46 +/- 0,12 mg de nicotine en 5 minutes et 1,63 +/- 0,41 mg de nicotine en 20 minutes.

Afin de comparer avec la consommation de cigarettes, et en estimant qu'une cigarette délivre environ 1 mg de nicotine au fumeur en 5 minutes (c'est la mesure moyenne observée dans les études), il a été estimé avec ces données qu'il faudrait un e-liquide dosé à 21 mg/ml de nicotine pour délivrer 1 mg au vapoteur. Et pour délivrer 4 mg de nicotine en 20 minutes (similaire à l'inhaleur), il faudrait un e-liquide dosé à 24 mg/ml de nicotine.

Cette étude permet de définir un "standard" de la topographie d'utilisation de la e-cigarette pour les futures études chez les vapoteurs. En effet, utiliser la norme ISO retenue pour analyser la fumée de cigarette (1 bouffée de 2 s toutes les 60 s), sous-estimerait le mode de consommation des vapoteurs. Les auteurs proposent donc de retenir les paramètres mesurés dans cette étude, soit une bouffée de 4 s toutes les 20 à 30 s, à condition d'utiliser des e-cig de dernière génération, plus performantes que les anciennes qui ne supportaient pas cette fréquence, et en particulier chauffait trop, produisant un effet désagréable (dry puff, ou bouffée sèche due à la surchauffe ou à l'arrivée trop lente du e-liquide sur la résistance).

Enfin, les auteurs concluent en faisant la critique de la proposition contenue dans la révision de la Directive européenne sur les produits du tabac, de limiter les e-liquides sans autorisation de mise sur le marché à 4 mg/ml. Cette étude démontre clairement, pour la première fois, que pour satisfaire les besoins d'un fumeurs commençant à vapoter, une concentration de 20 à 24 mg/ml de nicotine est nécessaire. Il est intéressant de noter qu'empiriquement, c'est à peu près la limite proposée par l'ANSM en France (20 mg/ml), qui pour l'instant est toujours en vigueur. Cette étude permet enfin de se reposer sur des données réelles, qui manquaient jusqu'à présent, afin de pouvoir proposer aux vapoteurs des e-liquides suffisamment dosés pour leur permettre d'abandonner rapidement la cigarette, ce qui a été observé dans certaines études où la concentration de nicotine utilisée était en moyenne de 18 mg/ml.

Pouvoir proposer aux fumeurs une alternative crédible et considérablement moins nocive que le tabac permettra d'appliquer au plus grand nombre une réduction du risque tabagique significative, et aura un impact énorme sur la santé publique.

Farsalinos KE et al. Int J Environ Res Public Health. 2013 Jun 18;10(6):2500-14. Article en libre accès : http://www.mdpi.com/1660-4601/10/6/2500

Voir les commentaires