Articles avec #tabagisme tag

Publié le 8 Février 2013

C’est l’équipe de Riccardo Polosa, en Italie, qui publie cette étude pilote (sur 14 fumeurs n’ayant pas l’intention d’arrêter) sur l’utilisation de la e-cigarette pour réduire le risque tabagique. Le critère principal d’évaluation était une réduction du nombre de cigarettes fumées d’au moins 50% à 1 an (vérifié par diminution du CO expiré). Le critère secondaire était l’abstinence d’au moins 30 jours à 1 an, avec aussi vérification du CO expiré (<10ppm).

Les résultats montrent que la moitié des patients ont réussi à réduire d’au moins 50% à 1 an (7/14, qui sont passés de 30 cig/j à 15 cig/j), et que 2 patients (14,4%) étaient abstinents à 1 an (soit 9/14 qui ont réussi à réduire ou arrêter de fumer).

Les effets secondaires ont été modestes (nausées, irritation de la gorge et maux de tête chez 14,4% des personnes, et toux sèche chez 28,6%), et les symptômes positifs (voix, hallucinations) et négatifs (humeur dépressive, anxiété) des patients n’ont pas été modifiés par la réduction ou l’arrêt.

Cet article est en accès libre, pour ceux qui lisent l’anglais : http://www.mdpi.com/1660-4601/10/2/446

Voir les commentaires

Publié le 31 Janvier 2013

Suivant un article publié dans le Times le 26 janvier à propos du retard pris par les autorités britanniques pour donner un statut à la e-cigarette http://www.thetimes.co.uk/tto/business/industries/health/article3669009.ece , le Professeur Robert West a publié une petite analyse qu’il m’a fait parvenir. Je vous la traduit ci-dessous.

Robert West (Cancer UK et University College London)
Si le milliard de fumeurs actuels dans le monde passait immédiatement à la e-cigarette, la mortalité liée au tabagisme qui est de plus de 5 millions de personnes par an, serait réduite à peut-être tout au plus quelques dizaines de milliers.

La e-cigarette est conçue pour délivrer de la nicotine à son utilisateur sans tous les gaz et particules toxiques contenus dans la fumée de cigarette.

Les fumeurs et les vapoteurs consomment environ 20 mg de nicotine par jour, et à cette dose, la nicotine ne présente pas de réel danger pour la santé pour la grande majorité des gens.

Des millions de personnes en Suède utilisent une forme de tabac chiqué appelé snus. Cela procure environ la même quantité de nicotine, mais ne semble pas avoir d’effet sur l’espérance de vie de ses utilisateurs.

Certains s’alarment que peut-être d’autres composants de la vapeur de e-cigarette soit nocive, mais c’est certainement non fondé. La vapeur contient habituellement un mélange d’eau, de propylène glycol, peut-être un peu d’alcool, et une petite dose de nicotine. Il y a peut-être de petites quantités d’autres constituants, mais cela n’a rien à voir avec les quantités de toxines présentes dans la fumée de tabac.

Cependant, je comprends que certains puissent être inquiets du fait de l’utilisation de la e-cigarette dans les lieux publics fermés. Cela pourrait avoir des répercutions sur le respect de l’interdiction de fumer. Cela pourrait aussi encourager certains fumeurs à continuer de fumer, et n’utiliser la e-cigarette que là où ils ne peuvent pas fumer.

Voir les commentaires

Publié le 17 Décembre 2012

Comment réglementer tabac non fumé et e-cigarette ?

Cet article qui est principalement axé sur la situation en Australie, pose cependant une question importante. La vente de tabac non fumé de type « snus » est interdite, mais l’importation pour consommation personnelle est possible, par contre la vente de cartouches et de e-liquide pour les cigarettes électronique est interdite car la nicotine est considérée comme un poison. Mais à côté de cela, la vente de cigarettes se fait à peu près n’importe où ! La consommation de tabac non fumé a faiblement augmenté entre 2007 et 2010 (passant de 0,5% à 0,7% de la population de 14 ans et plus), et les données sur la e-cigarette sont absentes, mais on estime la consommation très faible. Les auteurs citent en comparaison les consommations d’ecstasy (3%), cocaïne (2,1%, méthamphétamine (2,5%) et cannabis (10,3%). Compte tenu de l’évolution du contrôle du tabac en Australie au cours de ces 10 dernières années, les auteurs estiment que le risque de voir une explosion de la consommation de produits non fumés est très faible, et qu’une interdiction totale de produits à base de nicotine (sous entendu les e-cigarettes) ne peut apparaître que comme basé sur des raisons morales plutôt que de santé publique. Ils rappellent d’ailleurs qu’en Angleterre, l’institut NICE (National Institute for health and Clinical Excellence) a proposé que les nouvelles recommandations de bonne pratique clinique incluent la e-cigarette comme mode de réduction du risque (qui est déjà acceptée comme indication avec les substituts nicotiniques). Les auteurs rappellent que si le risque de l’utilisation à long terme des e-cigarettes n’est pas établi, il est de toute façon moindre que celui inhérent à la consommation de cigarettes conventionnelles. Enfin, ils concluent en disant que si un nombre substantiel de fumeurs sont capables de substituer leur consommation actuelle de cigarettes par du tabac non fumé ou des e-cigarettes, alors il faut changer de politique et commencer à restreindre fortement la vente des cigarettes conventionnelles (forte augmentation des taxes, diminution des points de ventes, etc…) et favoriser celle des produits les moins dangereux.

Gartner CE et al. Med J Aust. 2012 Dec 10;197(11):611-2. / http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23230916

Voir les commentaires