Articles avec #e-cigarette tag

Publié le 28 Avril 2016

Communiqué de presse du Collège royal des médecins britanniques (traduction JLH)

 

LE NOUVEAU RAPPORT DU RCP DIT QU'IL FAUT PROMOUVOIR LARGEMENT LA CIGARETTE ELECTRONIQUE COMME SUBSTITUT AU TABAGISME

 

Un nouveau rapport publié aujourd'hui par le Collège royal des médecins britanniques, intitulé « La nicotine sans la fumée: la réduction des méfaits du tabac », conclut que la cigarette électronique est susceptible d'être bénéfique pour la santé publique au Royaume-Uni. Les fumeurs peuvent donc être rassurés et encouragés à l'utiliser, et le public peut être rassuré que l'e-cigarette est beaucoup plus sûre que le tabagisme.

Le tabagisme est une dépendance mortelle. La moitié des fumeurs meurent tôt, perdant une moyenne d'environ 3 mois d'espérance de vie pour chaque année de tabagisme après l'âge de 35 ans, environ 10 ans de vie au total. Bien que la prévalence du tabagisme au Royaume-Uni soit tombée à 18%, 8,7 millions de personnes fument encore. La réduction des risques et des méfaits fournit une stratégie supplémentaire pour protéger ce groupe de fumeurs de l'invalidité et d'un décès prématuré.

Depuis que l'e-cigarette est disponible au Royaume-Uni, en 2007, son utilisation a été entourée de controverse médicale et publique. Ce nouveau rapport de 200 pages examine la science, la politique publique, la réglementation et l'éthique entourant l'e-cigarette et d'autres sources de nicotine sans tabac, et aborde ces controverses et ces malentendus avec des conclusions fondées sur les dernières données disponibles :

  • L'e-cigarette n'est pas une passerelle vers le tabagisme : au Royaume-Uni, l'utilisation de l'e-cigarette est limitée presque entièrement à ceux qui utilisent déjà, ou ont utilisé, le tabac

  • L'e-cigarette ne provoque pas la normalisation du tabagisme : il n'y a aucune preuve que la thérapie nicotinique de substitution (TNS) ou l'utilisation de l'e-cigarette ait donné lieu à une renormalisation du tabagisme. Aucun de ces produits n'a à ce jour attiré de façon significative les adultes n'ayant jamais fumé, ou n'a démontré de signes de progression vers le tabagisme chez les jeunes

  • L'e-cigarette et l'arrêt du tabac : chez les fumeurs, l'utilisation de l'e-cigarette est susceptible de mener à une tentative d'arrêt du tabac qui ne se serait pas autrement produite, et chez certains d'entre eux à un succès de l'arrêt. De cette façon, la cigarette électronique peut agir comme porte de sortie du tabagisme

  • L'e-cigarette et les dommages à long terme : la possibilité d'un préjudice d'utilisation à long terme de l'e-cigarette ne peut pas être écarté en raison de l'inhalation des ingrédients autres que la nicotine, mais est sans doute très faible, et nettement inférieur à celui résultant du tabagisme. Avec des normes de produits appropriées pour réduire au minimum l'exposition aux autres ingrédients, il devrait être possible de réduire encore les risques pour la santé. Bien qu'il ne soit pas possible d'estimer précisément les risques à long terme pour la santé associés à l'e-cigarette, les données disponibles suggèrent qu'ils ne devraient pas dépasser 5% de ceux qui sont associés au tabac fumé, et pourraient être sensiblement inférieurs à ce chiffre.

 

Le rapport reconnaît la nécessité d'une réglementation proportionnée, mais suggère que la réglementation ne devrait pas être autorisée à freiner de manière significative le développement et l'utilisation des produits de réduction des risques par les fumeurs. Une stratégie réglementaire devrait adopter une approche équilibrée en cherchant à assurer la sécurité des produits, permettre et encourager les fumeurs à utiliser le produit au lieu du tabac, et de détecter et de prévenir les effets qui s'opposeraient aux objectifs généraux de la politique de lutte contre le tabagisme.

Le professeur John Britton, président du Groupe consultatif sur le tabac du RCP, a déclaré:

« L'utilisation croissante de la cigarette électronique comme substitut à l'usage du tabac a été un sujet de grande controverse, avec beaucoup de spéculation sur ses risques et avantages potentiels. Ce rapport doit rassurer sur la quasi-totalité des inquiétudes sur ces produits, et conclut que, qu'avec une réglementation mesurée, la cigarette électronique a le potentiel d'apporter une contribution importante de prévention des morts prématurées, des maladies et des inégalités sociales en matière de santé que le tabagisme provoque actuellement au Royaume-Uni. Les fumeurs devraient être rassurés, ces produits peuvent les aider à arrêter de fumer pour de bon ».

La Présidente du RCP, Professeur Jane Dacre a déclaré:

« Depuis le premier rapport du RCP sur le tabac, Le tabagisme et la santé, en 1962, nous avons constamment  demandé plus et de meilleures politiques et services pour prévenir l'initiation au tabagisme et aider les fumeurs à arrêter de fumer. Ce nouveau rapport se fonde sur ce travail et conclut que, pour tous les risques potentiels, la réduction des risques et des méfaits a un potentiel énorme pour empêcher la mort et l'incapacité dus à l'usage du tabac, et  pour accélérer notre progression vers une société sans tabac. Avec une gestion prudente et une réglementation proportionnée, la réduction des risques et des méfaits offre la possibilité d'améliorer la vie de millions de personnes. C'est une opportunité ,qu'avec soin, nous devrions prendre ».

Le rapport en anglais est disponible sur le site du RCP


Résumé du rapport

  • Le tabagisme est la principale cause évitable de décès, d'invalidité, et d'inégalités sociales en matière de santé, au Royaume-Uni.
  • La plupart des dommages à la société et aux personnes causés par le tabagisme dans un avenir à court terme se produira chez les personnes qui fument aujourd'hui.
  • La poursuite vigoureuse des politiques de lutte antitabac classiques encourage davantage de fumeurs à arrêter de fumer.
  • Cesser de fumer est très difficile et la plupart des adultes qui fument aujourd'hui continueront de fumer pendant de nombreuses années.
  • Les gens fument parce qu'ils sont dépendants à la nicotine, mais les méfaits du tabagisme sont dus à d'autres composants de la fumée de tabac.
  • La mise à disposition de la nicotine, à laquelle les fumeurs sont dépendants, sans les composants nocifs de la fumée de tabac peut empêcher la plupart des dommages causés par le tabagisme.
  • Jusqu'à récemment, les produits à base de nicotine ont été commercialisés en tant que médicaments pour aider les gens à arrêter de fumer.
  • Le TNS est le plus efficace pour aider les gens à arrêter de fumer lorsqu'ils sont utilisés conjointement avec un soutien professionnel, mais beaucoup moins lorsqu'il est utilisé sans.
  • L'e-cigarette est commercialisée en tant que produits de consommation courante et se révèle être beaucoup plus populaire que le TNS comme substitut et concurrent des cigarettes de tabac.
  • L'e-cigarette semble être efficace lorsqu'elle est utilisée par les fumeurs comme une aide à l'arrêt.
  • L'e-cigarette ne répond pas actuellement aux normes des médicaments et est probablement plus dangereuse que le TNS.
  • Cependant, le danger pour la santé découlant de l'inhalation de vapeur d'e-cigarette, selon les données disponibles aujourd'hui, ne devrait pas dépasser 5% des méfaits causés par le tabac fumé.
  • Les évolutions technologiques et l'amélioration des normes de production pourraient réduire le risque à long terme de l'e-cigarette.
  • Certains craignent que l'e-cigarette n'augmente la consommation de tabac par renormalisation de l'acte de fumer, agissant comme une passerelle vers le tabagisme chez les jeunes, et qu'elle ne soit utilisée que pour un arrêt temporaire, et non définitif.
  • À ce jour, au Royaume-Uni, il n'y a aucune preuve que ces craintes soient fondées.
  • Au contraire, les données disponibles à ce jour indiquent que l'e-cigarette est utilisée presque exclusivement comme une alternative plus sûre au tabac fumé, par des fumeurs confirmés qui tentent de réduire les dommages à eux-mêmes ou à leur entourage, ou d'arrêter de fumer complètement.
  • Une réglementation est nécessaire pour réduire les effets négatifs directs et indirects de l''utilisation de l'e-cigarette, mais cette réglementation ne devrait pas entraver significativement le développement et l'utilisation des produits de réduction des risques par les fumeurs.
  • La stratégie réglementaire devrait donc adopter une approche équilibrée en cherchant à assurer la sécurité des produits, permettre et encourager les fumeurs à utiliser le produit au lieu du tabac, et de détecter et de prévenir les effets qui s'opposeraient aux objectifs généraux de la politique de lutte contre le tabagisme.
  • L'industrie du tabac est aussi impliquée dans le marché de l'e-cigarette et l'on peut s'attendre à ce qu'elle essaye d'exploiter ces produits afin de vendre des cigarettes de tabac, et de saper encore plus le travail de lutte contre le tabagisme.
  • Cependant, dans l'intérêt de la santé publique, il est important de promouvoir l'utilisation de l'e-cigarette, du TNS, et d'autres produits à base de nicotine aussi largement que possible en tant que substitut au tabac fumé au Royaume-Uni.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 12 Juin 2015

Children aged 11 to 16 who have never smoked do not regularly use e-cigarettes, according to new Cancer Research UK data being presented today (Friday) at the UK Nicotine and Smoking Cessation Conference (link is external) and will be published in the journal Nicotine and Tobacco Research (link is external).

Les résultats présentés aujourd'hui à la conférence britannique sur l'arrêt du tabac confirment les données déjà publiées.

Parmi les 1205 adolescents de 11 à 16 ans ayant répondu à l'enquête, 12% ont essayé l'e-cigarette. Concernant l'utilisation régulière, elle représente 2% pour ceux l'utilisant plus fréquemment qu'une fois par mois, et 1% pour ceux l'utilisant plus qu'une fois par semaine.

L'utilisation régulière n'a été trouvée que chez les adolescents qui était aussi fumeurs. L'expérimentation de l'e-cigarette chez les adolescents non-fumeurs était de 3%.

Au Royaume Uni il y a environ 2,6 millions d'adultes utilisant l'e-cigarette, et environ 10 millions de fumeurs.

Le Prof. Linda Bauld, du Cancer Research UK et de l'Université de Stirling, a déclaré: “Certains pensent que l'augmentation de l'utilisation de la cigarette électronique que nous observons pourrait conduire à une nouvelle génération d'adultes n'ayant jamais fumé mais qui seraient dépendants de la nicotine. Cette peur est basée sur la croyance que dû à l'attirance de ces produits, les adolescents qui n'ont jamais fumé seraient attirés par l'e-cigarette et pourraient commencer à l'utiliser régulièrement."

“Notre enquête confirme d'autres enquêtes menées au Royaume Uni qui montrent qu'il n'en est rien. Les jeunes essayent effectivement l'e-cigarette, dont certaines contiennent de la nicotine. Cependant, nos données montrent que pour le moment cette expérimentation ne se traduit pas en utilisation régulière.”

Alison Cox, Directrice de la prévention du cancer au Cancer Research UK, a déclaré: “Ces données sur l'utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes suggèrent que l'e-cigarette n'est pas une porte d'entrée dans le tabagisme. Il est rassurant aussi de voir que le tabagisme des jeunes continue de reculer pendant que l'utilisation de l'e-cigarette progresse."

“De nombreuses questions demeurent concernant ces produits, et il est important que nous continuions à suivre de près l'évolution de leur utilisation. C'est pour cela que le Cancer Research UK continuera de fiancer les recherches dans ce domaine.”

Enquête réalisée entre août et septembre 2014

Prévalence de l'utilisation de l'e-cigarette chez 1205 adolescents.

Expérimentation 12%

Plus d'une fois par mois 2%

Plus d'une fois par semaine 1%

Expérimentation chez les non-fumeurs 3%

Utilisation régulière chez les non-fumeur 0%

*utilisation régulière chez les non-fumeurs définie comme "au moins une fois par mois"

Voir les commentaires

Publié le 20 Février 2015

Mise à jour 26/02/15. C'est bon j'ai tout le monde !!

 

Merci à toutes les boutiques qui ont répondu présent à l'appel.
 

Présentation de l'étude.
Le Dr Farsalinos a commencé une étude au Canada dans les boutiques de vape. Je suis chargé pour ma part de faire la même chose en France. L'intitulé de l'étude est “Profil des utilisateurs de cigarette électronique au Canada et en France : enquête d'un échantillon représentatif de la clientèle de boutiques de cigarettes électroniques”

But. Evaluer un échantillon représentatif des vapeurs canadiens et français en termes de: antécédents tabagiques et statut actuel, modes d'utilisation de l'e-cigarette, bénéfices perçus et effets secondaires, utilisation mixte (tabac et e-cigarette) et risque de rechute.

Si nous obtenons un échantillon représentatif (c'est pour cela que nous effectuons un recrutement en boutique et non pas sur internet), l'étude aura un très fort impact sur les autorités réglementaires. Pour cela, nous avons besoin que les responsables des boutiques suivent à la lettre les instructions. Il est préférable de dire que vous ne pouvez pas participer à l'étude si vous ne pouvez pas suivre les instructions, plutôt que de créer des problèmes dans la collection des données. Nous voulons montrer des résultats réalistes, pas des résultats truqués ou « trop beaux pour le croire ». Par exemple, éviter la participation des utilisateurs mixtes, résulterait en une observation irréaliste, et personne ne voudrait prendre en compte les résultats de l'étude.

Conseil. L'enquête doit être réalisée dans la boutique par vos clients. Vous devrez leur fournir un accès à internet sur un ordinateur, un ordinateur portable ou une tablette. Les clients doivent remplir le questionnaire SANS être supervisés par vous. Vous leur fournirez l'accès au site internet de l'enquête, mais pendant leur participation vous ne devez PAS influencer leurs réponses.

Nous sommes conscient qu'il est très difficile de demander à chaque client de participer à l'enquête, à cause du manque de temps, et d'un probable grand nombre de personnes ne voulant pas y participer (il s'avère qu'au Canada en fait le taux de recrutement est très bon). En conséquence, nous avons décidé de ne demander leur participation qu'à 1 client sur 4. Afin que l'échantillon soit représentatif, nous utiliserons une méthode appelée « échantillonnage aléatoire systématique », et vous devrez absolument respecter cet échantillonnage. Pour avoir un échantillon représentatif, le nombre de boutiques par région doit être proportionnel à la population (entre 1 et 14 boutiques par région sont nécessaires).

 

Merci de votre soutien,
Jacques Le Houezec

 

Voir les commentaires

Publié le 12 Janvier 2015

OFDT : Tableau de bord mensuel Tabac

Tobacco sales going down again in France in November (scroll down for English)

novembre 2014 : http://www.ofdt.fr/ofdt/fr/tt141224.pdf

 

Selon les données de l'OFDT, les ventes de cigarettes ont reculé de 6,1 % en novembre 2014 par rapport à novembre 2013. La chute amorcée en 2013 se confirme bien sur 2014. Sur le cumul janvier-novembre 2014 on observe une baisse de 5,8% par rapport à la même période en 2013.

Il en va toujours de même pour le tabac à rouler, dont les ventes baissent de 5,3% en novembre 2014 (-4,3% sur le cumul janvier-novembre).

Les ventes de traitements pour l’arrêt du tabac se stabilisent depuis l'automne, avec une progression de 11,8% en novembre 2014 par rapport à novembre 2013, mais en cumul de janvier à novembre, elles reculent de -26.2%. Ce sont les patchs une fois de plus qui sont les plus touchés (+2.9% en novembre, mais -48% sur le cumul janvier-novembre). Les consultations en tabacologie sont plutôt stables (+2%), par contre le nombre d’appels à Tabac info service a lourdement chuté (-31%), après une reprise éphémère le mois dernier, sans doute due à la campagne de l'INPES lancée fin septembre, mais qui s'essouffle.

Après une remontée des ventes de tabac en septembre, il semble bien que la tendance à la baisse soit maintenue cette année.

Les ventes de tabac continuent de baisser en novembre 2014

According to OFDT data, cigarette sales decreased by 6.1 % in November 2014 compared to November 2013. The downward trends observed in 2013 seem to be confirmed this year. The cumulative data for January-November 2014 still represent a decrease of 5.8% compared to last year.

A similar trend is observed for roll-your-own tobacco, which decreased by 5.3% in November 2014 (-4.3% for January-November), compared to last year.

Sales of smoking cessation treatments have been stable during this automn, and progressed by 11.8% in November 2014 compared to November 2013, but continue to decline by -26.2% for January-November. Patches are still the most affected form of treatment (+2.9% in November, but -48​​% between January-November 2014). Smoking cessation centers received a rather stable number of new patients (+2%), but the number of calls to the quitline (Tabac info service) has fallen dramatically (-31%), after a short increase in October, certainly due to a mass media campaing from INPES (National Institute for Prevention and Health Education) launched at the end of September, but which clearly has lost interest from the smokers.

After an increase in the sales of tobacco in September, it seems that the trends for 2014 are in the same vein as last year.

Voir les commentaires

Publié le 4 Janvier 2015

Merci à toutes les boutiques désirant participer à cette étude, de me contacter par courriel à jlhamzer@gmail.com - je suis encore loin du compte !

Bonjour,
Le Dr Farsalinos est sur le point de démarrer une étude au Canada dans les boutiques de vape. Je suis chargé pour ma part de faire la même chose en France. L'intitulé de l'étude est “Profil des utilisateurs de cigarette électronique au Canada et en France : enquête d'un échantillon représentatif de la clientèle de boutiques de cigarettes électroniques”

But. Evaluer un échantillon représentatif des vapeurs canadiens et français en termes de: antécédents tabagiques et statut actuel, modes d'utilisation de l'e-cigarette, bénéfices perçus et effets secondaires, utilisation mixte (tabac et e-cigarette) et risque de rechute.

Si nous obtenons un échantillon représentatif (c'est pour cela que nous effectuons un recrutement en boutique et non pas sur internet), l'étude aura un très fort impact sur les autorités réglementaires. Pour cela, nous avons besoin que les responsables des boutiques suivent à la lettre les instructions. Il est préférable de dire que vous ne pouvez pas participer à l'étude si vous ne pouvez pas suivre les instructions, plutôt que de créer des problèmes dans la collection des données. Nous voulons montrer des résultats réalistes, pas des résultats truqués ou « trop beaux pour le croire ». Par exemple, éviter la participation des utilisateurs mixtes, résulterait en une observation irréaliste, et personne ne voudrait prendre en compte les résultats de l'étude.

Conseil. L'enquête doit être réalisée dans la boutique par vos clients. Vous devrez leur fournir un accès à internet sur un ordinateur, un ordinateur portable ou une tablette. Les clients doivent remplir le questionnaire SANS être supervisés par vous. Vous leur fournirez l'accès au site internet de l'enquête, mais pendant leur participation vous ne devez PAS influencer leurs réponses.

Nous sommes conscient qu'il est très difficile de demander à chaque client de participer à l'enquête, à cause du manque de temps, et d'un probable grand nombre de personnes ne voulant pas y participer. En conséquence, nous avons décidé de ne demander leur participation qu'à 1 client sur 3. Afin que l'échantillon soit représentatif, nous utiliserons une méthode appelée « échantillonnage aléatoire systématique », et vous devrez absolument respecter cet échantillonnage. Pour avoir un échantillon représentatif, le nombre de boutiques par région sera proportionnel à la population (entre 1 et 14 boutiques par région seront nécessaires).

Si, en tant que responsable d'une boutique, vous êtes intéressé(e) à participer, contactez-moi par courriel : jlhamzer@gmail.com


Avec mes meilleurs vœux pour la nouvelle année,
Jacques Le Houezec

Voir les commentaires

Publié le 26 Novembre 2014

OFDT : Tableau de bord mensuel Tabac

Tobacco sales going down again in France in October (scroll down for English)

octobre 2014 : http://www.ofdt.fr/files/5414/1684/9230/tt141124.pdf

 

Selon les données de l'OFDT, les ventes de cigarettes ont reculé de 6,3 % en octobre 2014 par rapport à octobre 2013. La chute amorcée en 2013 reprend donc après une légère hausse le mois dernier. Sur le cumul janvier-octobre 2014 on observe une baisse de 5,8% par rapport à la même période en 2013.

Il en va de même pour le tabac à rouler, dont les ventes baissent de 5,7% en octobre 2014 (-4,2% sur le cumul janvier-octobre), semblant là aussi indiquer une reprise du recul du tabagisme.

Les ventes de traitements pour l’arrêt du tabac continuent de chuter, de 13,6% en octobre, -28,9% pour le cumul janvier-octobre, les patchs étant un peu moins touchés (-15,9%) que précédemment, et les consultations en tabacologie ont accueilli moins de nouveaux patients (-8,5%). Par contre le nombre d’appels à Tabac info service a presque doublé le mois dernier (+94,9%), sans doute dû à la campagne de l'INPES lancée fin septembre.

Après les chiffres alarmants de septembre, il semble bien que la tendance à la baisse soit maintenue cette année.

Les ventes de tabac repartent à la baisse en octobre

According to these OFDT data, cigarette sales decreased by 6.3 % in October 2014 compared to October 2013. The downward trends observed in 2013 is still going on despite an increase last month. The cumulative data for January-October 2014 still represent a decrease of 5.8% compared to last year.

A similar trend is observed for roll-your-own tobacco, which decreased by 5.7% in October (-4.2% for January-October), compared to last year.

Sales of smoking cessation treatments continued to fall, -13.6% in October, -28.9% for January-October, patches being a bit less affected (-15.9​​%) than previously. Smoking cessation centers received also fewer new patients (-8.5%), but the number of calls to the quitline (Tabac info service) almost doubled (+94.9%), due to a mass media campaing from INPES (National Institute for Prevention and Health Education) launched at the end of September.

After the alarming data from September, it seems that the trends for 2014 are in the same vein as last year.

Voir les commentaires

Publié le 25 Novembre 2014

J'ai écrit cet article pour le site Project Syndicate.

RENNES – Michael Russell et Murray Jarvik, deux chercheurs à l’avant-garde de la recherche sur le sevrage tabagique dans les années 1970, se seraient sans doute félicités du développement de la cigarette électronique ou vaporisateur personnel (VP) de nicotine. Outre le fait qu’ils soient une aide temporaire pour ceux qui tentent d’arrêter de fumer, ces nouveaux dispositifs de distribution de nicotine pourraient être des alternatives durables au tabac et donc permettre une éradication presque totale de la consommation des produits du tabac. lire la suite...

I wrote this article for the Project Syndicate website.

The Drag on E-Cigarettes

RENNES – Michael Russell and Murray Jarvik, two pioneers of smoking-cessation research in the 1970s, would probably have welcomed the development of the electronic cigarette or “personal nicotine vaporizer” (PNV). Beyond serving as a temporary aid for people attempting to quit smoking cigarettes, such new nicotine-delivery systems could act as long-term alternatives to tobacco – making it possible to eliminate tobacco consumption almost entirely. Read more...

Escribí este artículo para Project Syndicate.

El rechazo al cigarrillo electrónico

RENNES – Es probable que Michael Russell y Murray Jarvik, pioneros en los setenta de las investigaciones en torno del abandono del tabaco, hubieran celebrado la creación del cigarrillo electrónico, o “vaporizador personal de nicotina”. Además de servir como ayuda transitoria para quienes intentan dejar el cigarrillo, estos nuevos sistemas de administración de nicotina también pueden ser reemplazos permanentes del tabaco y permitir una eliminación casi total de su consumo. Leer más...

Et aussi en arabe, chinois, allemand, néerlandais, russe.

مقاومة السيجارة الإلكترونية

电子烟草的拖累

Widerstand gegen die E-Zigarette

Waarom wordt de E-sigaret gesmoord?

О пользе электронных сигарет

Voir les commentaires

Publié le 17 Novembre 2014

Le CDC (US Centers for Disease Control and Prevention) vient de publier les données de l'enquête annuelle chez les jeunes de 2013. En comparant avec les données de 2011 et 2012, on peut réaliser ces graphiques, selon l'âge des adolescents (aux USA, le collège correspond en gros aux élèves de la 6ème à la 4ème, le lycée à ceux de la 3ème à la terminale).

Les données du CDC (Etats-Unis) montrent aussi une baisse du tabagisme chez les jeunes

Comme on peut le voir sur le graphique des collèges, l'utilisation d'e-cigarette s'est stabilisée entre 2012 et 2013, alors que l'utilisation de cigarettes de tabac a baissé, de même que le total des deux au cours de la même période.

Les données du CDC (Etats-Unis) montrent aussi une baisse du tabagisme chez les jeunes

Sur le graphique des lycées, ont peut voir une augmentation de l'utilisation d'e-cigarette entre 2012 et 2013, et une baisse de l'utilisation de cigarettes de tabac, même si le total des deux n'a pas baissé, il y a moins de fumeurs de cigarettes.

Ces chiffres vont donc dans le même sens que ce qui est observé en Angleterre (données ASH), dans le Minnesota, ou à Paris (données PST), soit une baisse régulière de la consommation de cigarettes de tabac chez les adolescents. Ce n'est pourtant pas ce qui est rapporté dans la presse, ou par notre Ministre de la santé, lorsque l'on brandit l'hypothétique passerelle de l'e-cigarette vers le tabagisme. Pourtant, de temps en temps, des journalistes creusent un peu plus la question, et évitent de dramatiser, mais ils sont encore trop peu nombreux. Le risque au final est de décourager les fumeurs d'utiliser un produit qui peut les aider à arrêter de fumer, et de réduire considérablement leur risque tabagique.

Voir les commentaires

Publié le 2 Novembre 2014

Résultats de l'enquête de l'AIDUCE, Qui sont les vapoteurs ?

L’Aiduce a lancé une grande enquête pour connaître le profil des vapoteurs début octobre. Cette enquête est désormais close.

Vous retrouverez les premiers résultats ici : http://www.aiduce.fr/resultats-de-lenquete/

Voir les commentaires

Publié le 27 Octobre 2014

OFDT : Tableau de bord mensuel Tabac

septembre 2014 : http://www.ofdt.fr/ofdt/fr/tt141023.pdf

Tobacco sales going up in France in September (scroll down for English)

Selon ces données de l'OFDT, les ventes de cigarettes ont augmenté de 5,4 % en septembre 2014 par rapport à septembre 2013. La chute amorcée en 2013 semble s'enrayer. Cependant, sur le cumul janvier-septembre 2014 on observe quand même une baisse de 5,7% par rapport à la même période en 2013.

Il en va de même pour le tabac à rouler, qui augmente de 11,0% en septembre 2014 (-4,1% sur le cumul janvier-septembre), semblant là aussi indiquer une reprise du tabagisme.

Les ventes de traitements pour l’arrêt du tabac continuent de chuter, de 28,8% en septembre, -30,6% pour le cumul janvier-septembre, les patchs étant toujours les plus touchés (-54,2%), et les consultations en tabacologie ont accueilli moins de nouveaux patients (-7,6%), et le nombre d’appels à Tabac info service baisse aussi (-19,5%).

Comment expliquer ce phénomène alors qu'habituellement l'arrêt du tabac se porte bien en septembre? Le climat de doute plannant sur l'e-cigarette (annonces de l'OMS et du plan anti-tabac, informations relayées dans la presse) y est sans doute pour quelque chose. Les données anglaises récentes montrent aussi un ralentissement du développement du vaporisateur personnel de nicotine, qui a tendance à stagner. Attendons les chiffres d'octobre pour voir si ces données se confirment ou pas.

Les ventes de tabac repartent à la hausse en septembre

According to these OFDT data, cigarette sales increased by 5.4 % in September 2014 compared to September 2013. The downward trends observed in 2013 have been stopped. However, the cumulative data for January-September 2014 still represent a decrease of 5.7% compared to last year.

A similar trend is observed for roll-your-own tobacco, which increased by 11.0% in September (-4.1% for January-September), compared to last year.

Sales of smoking cessation treatments continued to fall, -28.8% in September, -30.6% for January-September, patches being the most affected (-54.2​​%). Smoking cessation centers received also fewer new patients (-7.6%), and the number of calls to the quitline (Tabac info service) also decreased (-19.5%).

How to explain this situation, while September is usually a time of the year where people quit smoking ? This may be due to the doubt introduced on e-cigarettes (WHO  and Ministry of Health Tobacco Control programme announcements, news in the press). Recent English data also shown a stabilisation in the developpement of nicotine vaporisers. Lets wait for October data to see if this trend is confirmed or not.

Voir les commentaires