Publié le 20 Février 2015

Dans le cadre de la formation professionnelle continue, je propose des formations destinées aux boutiques d'e-cigarettes, aux fabricants d'e-liquides et tous professionnels concernés par ce secteur d'activité. Ces formations s'adressent aussi aux professionnels de la santé, de l'éducation, et aux journalistes désireux de mieux comprendre ce qu'est le vaporisateur de nicotine.

La première session aura lieu à Rennes le 10 mars et/ou le 10 avril 2015 (pour l'instant il n'y a qu'une personne inscrite, et je vais sans doute devoir annuler pour le 10 mars).

Les prochaines formations auront lieu (dates approximatives) à Paris (25 mars et 20 mai), Lyon (22 avril), Toulouse (6 ou 7 mai), Marseille, (3 juin) et Lille (17 juin).

Si vous êtes intéressé(e), envoyez-moi un message en utilisant le formulaire dans l'onglet Formations Amzer Glas, et indiquez vos préférences. Si d'autres lieux et dates vous intéressent, vous pouvez le mettre en commentaire dans le formulaire.

Pour en savoir plus, cliquez sur l'onglet Formations Amzer Glas.

Si vous êtes intéressé(e), envoyez-moi un message en utilisant le formulaire dans l'onglet Formations Amzer Glas, en indiquant vos préférences.

Voir les commentaires

Publié le 20 Février 2015

Mise à jour 26/02/15. C'est bon j'ai tout le monde !!

 

Merci à toutes les boutiques qui ont répondu présent à l'appel.
 

Présentation de l'étude.
Le Dr Farsalinos a commencé une étude au Canada dans les boutiques de vape. Je suis chargé pour ma part de faire la même chose en France. L'intitulé de l'étude est “Profil des utilisateurs de cigarette électronique au Canada et en France : enquête d'un échantillon représentatif de la clientèle de boutiques de cigarettes électroniques”

But. Evaluer un échantillon représentatif des vapeurs canadiens et français en termes de: antécédents tabagiques et statut actuel, modes d'utilisation de l'e-cigarette, bénéfices perçus et effets secondaires, utilisation mixte (tabac et e-cigarette) et risque de rechute.

Si nous obtenons un échantillon représentatif (c'est pour cela que nous effectuons un recrutement en boutique et non pas sur internet), l'étude aura un très fort impact sur les autorités réglementaires. Pour cela, nous avons besoin que les responsables des boutiques suivent à la lettre les instructions. Il est préférable de dire que vous ne pouvez pas participer à l'étude si vous ne pouvez pas suivre les instructions, plutôt que de créer des problèmes dans la collection des données. Nous voulons montrer des résultats réalistes, pas des résultats truqués ou « trop beaux pour le croire ». Par exemple, éviter la participation des utilisateurs mixtes, résulterait en une observation irréaliste, et personne ne voudrait prendre en compte les résultats de l'étude.

Conseil. L'enquête doit être réalisée dans la boutique par vos clients. Vous devrez leur fournir un accès à internet sur un ordinateur, un ordinateur portable ou une tablette. Les clients doivent remplir le questionnaire SANS être supervisés par vous. Vous leur fournirez l'accès au site internet de l'enquête, mais pendant leur participation vous ne devez PAS influencer leurs réponses.

Nous sommes conscient qu'il est très difficile de demander à chaque client de participer à l'enquête, à cause du manque de temps, et d'un probable grand nombre de personnes ne voulant pas y participer (il s'avère qu'au Canada en fait le taux de recrutement est très bon). En conséquence, nous avons décidé de ne demander leur participation qu'à 1 client sur 4. Afin que l'échantillon soit représentatif, nous utiliserons une méthode appelée « échantillonnage aléatoire systématique », et vous devrez absolument respecter cet échantillonnage. Pour avoir un échantillon représentatif, le nombre de boutiques par région doit être proportionnel à la population (entre 1 et 14 boutiques par région sont nécessaires).

 

Merci de votre soutien,
Jacques Le Houezec

 

Voir les commentaires

Publié le 31 Janvier 2015

Conférences grand public sur le VP

En 2015, je vais faire 5 conférences publiques (grand public) sur le thème:

Cigarette électronique : une révolution dans le sevrage tabagique ?

La première de ces conférences aura lieu à Rennes le 9 avril (je ne sais pas encore où), et je vous transmettrai dès que possible le lieu et l'horaire (en soirée).

La seconde aura lieu à Paris le 19 mai au Crowne Plazza République, je vous donnerai l'horaire dès que possible.

Voir les commentaires

Publié le 29 Janvier 2015

OFDT : Tableau de bord mensuel Tabac

Tobacco sales going up in France in November, but global decrease in 2014 (scroll down for English)

décembre 2014 : http://www.ofdt.fr/ofdt/fr/tt150126.pdf

 

Selon les données de l'OFDT, les ventes de cigarettes ont augmenté de 0,7 % en décembre 2014 par rapport à décembre 2013. Cependant, la chute amorcée en 2013 se confirme bien sur l'année 2014. Pour l'année 2014 on observe une baisse de 5,3% par rapport à 2013.

Il en est de même pour le tabac à rouler, dont les ventes augmentent de 12,8% en décembre 2014. Pour l'annnée 2014 on observe une baisse de 3,0% par rapport à 2013.

Les ventes de traitements pour l’arrêt du tabac se stabilisent depuis l'automne, avec une baisse de 5,9% en décembre 2014 par rapport à décembre 2013, mais sur l'année 2014, elles reculent de 24.7%. Ce sont les patchs une fois de plus qui sont les plus touchés (-33.3% en décembre, mais -46.8% sur l'année 2014). Les consultations en tabacologie sont en hausse (+8%), et le nombre d’appels à Tabac info service a baissé aussi légèrement (-0.9%), après une reprise éphémère, sans doute due à la campagne de l'INPES lancée fin septembre, mais qui s'essouffle.

Cela fait donc deux années de suite que les ventes de tabac sont à la baisse. Nous attendons toujours les chiffres de prévalence tabagique (le nombre de fumeurs en France), qui devraient théoriquement avoir baissé aussi.

Les ventes de tabac remontent en décembre, mais baisse globale sur 2014

According to OFDT data, cigarette sales increased by 0.7 % in December 2014 compared to December 2013. However, the downward trends observed in 2013 is now confirmed for 2014 as well. For 2014, this represents a decrease of 5.3%, compared to 2013.

A similar trend is observed for roll-your-own tobacco, which increased by 12.8% in December 2014. For 2014, this represents a decrease of 3.0%, compared to 2013.

Sales of smoking cessation treatments have been stable during this automn, but decreased by 5.9% in December 2014 compared to December 2013. In 2014, it represents a decrease of 24.7%. Patches are still the most affected form of treatment (-33.3% in December, but -46.8​​% in 2014). Smoking cessation centers received a higher number of new patients (+8%), and the number of calls to the quitline (Tabac info service) has fallen slightly (-0.9%), after a short increase in October, certainly due to a mass media campaing from INPES (National Institute for Prevention and Health Education) launched at the end of September, but which clearly has lost interest from the smokers.

We have seen now a decrease in tobacco sales for two consecutive years. We are eager to see the smoking prevalence data, still not published !

Voir les commentaires

Publié le 22 Janvier 2015

Caractérisation des vapoteurs mixtes par rapport aux vapoteurs exclusifs

Le Dr Konstantinos Farsalinos vient de publier une nouvelle étude cherchant à comprendre pourquoi certains vapeurs continuent une consommation mixte avec des cigarettes de tabac. Les résultats sont assez évidents, encore fallait-il se poser et répondre à la question.

L'étude se résume ainsi.

Beaucoup de vapeurs réduisent leur consommation de cigarettes sans complètement cesser de fumer, ils sont communément appelés "double utilisateurs" (dual users), ou vapeurs mixtes, en comparaison avec les vapeurs exclusifs de e-cigarette (ou VP) qui ont complètement substitué leur consommation de tabac (vapeurs non-fumeurs). Issu d'une étude déjà publiée chez 19441 vapeurs, un échantillon de 3530 vapeurs mixtes a été apparié, selon le sexe et l'âge, à un groupe équivalent de vapeurs exclusifs (tous anciens fumeurs). Les vapeurs mixtes avaient une plus longue histoire tabagique, une plus faible consommation quotidienne de cigarettes, et une dépendance à la cigarette similaire, par rapport aux vapeurs exclusifs. Leur consommation quotidienne a été réduite après le début de l'utilisation du VP, passant de 20 à 4 cigarettes par jour. La plupart d'entre eux l'utilisaient quotidiennement, cependant ils étaient plus nombreux à être utilisateurs occasionnels que les vapeurs exclusifs. L'utilisation de VP avancé (troisième génération), et la quantité de liquide consommé par jour étaient plus faibles chez les vapeurs mixtes que chez les vapeurs exclusifs. La raison la plus importante pour l'utilisation du VP était de réduire leur tabagisme et l'exposition de leur entourage dans les deux groupes, mais des scores plus élevés ont été donnés à "éviter l'interdiction de fumer dans les lieux publics" par les vapeurs mixtes par rapport aux vapeurs exclusifs. Les facteurs prédictifs les plus puissants d'être un vapeur mixte, issus d'une analyse multivariée, étaient: une perception d'un risque lié au VP supérieure (OR* = 2,27, IC à 95% = 1,40 à 3,68), l'utilisation de dispositifs de première génération (OR = 1,98, IC à 95% = 1,47 à 2,66), l'utilisation de cartomiseurs pré-remplis (OR = 1,94, IC à 95% = 1,23 à 3,06) et l'utilisation occasionnelle du VP (OR = 1,62,
IC à 95% = 1.21 à 2.17).

* Un OR (ou rapport de cote, en français) exprime l'augmentation ou la diminution de chances qu'un événement se produise, en comparaison à un autre groupe. Par exemple un OR = 2,27 dans le premier cas, indique que les vapeurs mixtes sont 127% plus susceptibles d'avoir une perception d'un risque lié au VP supérieure que les vapeurs exclusifs.

Conclusions: Les résultats de cette étude indiquent que les vapeurs mixtes, qui n'arrivent pas à supprimer les dernières cigarettes tout en vapant, sont moins confiants dans le VP (perception d'un risque supérieur), et l'utilisent moins fréquemment que les vapeurs exclusif. Une autre étude américaine a récemment montré aussi que ceux qui réussissent à arrêter totalement de fumer sont ceux qui utilisent fréquemment et quotidiennement le VP.

Les auteurs concluent en précisant que cette enquête est transversale (ponctuelle dans le temps), et qu'on ne peut donc pas parler de causalité avec certitude, des études longitudinales (suivi des vapeurs sur plusieurs mois) sont nécessaires pour explorer davantage les raisons de l'utilisation mixte.

Voir les commentaires

Publié le 22 Janvier 2015

Mise à jour à 21h45

Voici un schéma qui explique simplement les résultats de cette étude:

Désinformation: la différence entre une étude en laboratoire et la réalité

Mise à jour à 21h45

Voici un schéma qui explique simplement les résultats de cette étude:

 

 

Mise à jour à 15h10

Sur le blog du Dr Farsalinos: Verified: formaldehyde levels found in the NEJM study were associated with dry puff conditions. An update

"Selon le Post Reddit et le courriel de l'auteur, l'atomiseur avait une résistance de 2,1 Ohm. Cela signifie que à 3,3 volts, la puissance délivrée est d'environ 5,5 watts, et à 5 volts elle était de 12 watts. Il est plus qu'évident que les résultats montrant des niveaux très élevés de formaldéhyde sont le résultat d'une surchauffe. Le manque d'expérience sur les e-cigarettes et aucun contact avec les utilisateurs peuvent entraîner de telles résultats erronés et irréalistes, ce qui peut créer de la confusion et la désinformation tant dans la communauté scientifique et entre les utilisateurs et utilisateurs potentiels d'e-cigarette. Enfin, il est extrêmement important que chaque étude évaluant la chimie de la vapeur d'e-cigarette se doit de mentionner en détail l'équipement utilisé.

Je dois d'abord dire que je ai l'expérience de recherches personnelles sur l'utilisation d'atomiseurs à résistance en haut. J'ai essayé d'utiliser un tel clearomiseur dans mon étude évaluant les niveaux de nicotine dans le plasma après utilisation d'e-cigarette. Dans cette étude, nous avons utilisé une batterie EVIC fixée à 9 watts. Malheureusement, il était impossible pour la plupart des vapoteurs d'utiliser le clearomiseur selon leurs conditions préférées, en raison d'un goût de brulé (dry-puff). Seule une petite minorité qui prenaient des bouffées très courtes ont été en mesure de l'utiliser à 9 watts. Donc, je ai dû changer le clearomiseur pour un Evod à résistance en bas, qui a très bien fonctionné à 9 watts. En fait, la durée moyenne de bouffée des participants à cette étude était de 3,5 secondes. Donc, le clearomiseur à résistance en haut utilisé à 9 watts était en surchauffe à une durée de bouffée de moins que les 4 secondes utilisées dans l'étude du NEJM. Ce ne est pas la première fois que le clearomiseur s'est avéré insuffisant et a abouti à un phénomène de dry-puff, immédiatement détecté par les vapoteurs; dans notre étude de topographie de la vape j'ai spécifiquement mentionné: «À l'origine notre intention était de tester un autre clearomiseur (" eGo-C ", Joyetech); Toutefois, certains utilisateurs ont connu une surchauffe de l'atomiseur et un phénomène connu sous le nom "dry-puff" (désagréable, goût de brûlé causée par une arrivée insuffisante de liquide au niveau de la résistance, de sorte que le taux d'évaporation est plus élevé que l'arrivée de liquide; voir la section Discussion pour plus de détails). Ils ont dû abaisser la durée de bouffée et augmenter l'intervalle inter-bouffées afin d'éviter ce phénomène. En réponse à cela, la eGo-C a été remplacé par l'"Epsilon" et on a demandé aux participants de revenir pour des enregistrements avec le nouveau clearomiseur. Tous les résultats avec l'atomiseur eGo-C ont été rejetés ". Les auteurs de l'étude NEJM auraient dû lire notre étude et auraient dû connaître l'existence de ce phénomène."

 

Mise à jour 11h05, 22/01/15*

Une fois de plus certains journalistes sautent à pieds joints sur une étude, cherchant à dénigrer le vaporisateur de nicotine (VP), en utilisant des titres sensationnels, et sans prendre la peine d'analyser réellement la validité de cette étude.

Une lettre, publiée dans le New England Journal of Medicine, détaille une expérience faite en laboratoire en utilisant un vaporisateur de seconde génération à 3,3 et à 5,0 volts, avec une durée de bouffée de 4 secondes, sans préciser le type et la valeur de la résistance employée. A 3,3 volts ils n'ont pas pu mesurer d'émission de formaldéhyde (substance cancérigène), mais à 5,0 volts ils ont mesuré des quantités supérieures à celles émises par une cigarette de tabac.

Sur son blog, le Dr Farsalinos critique sévèrement cette étude, et propose tout d'abord une autre interprétation de ce qui a été réellement mesuré. Selon lui, "les auteurs n'ont pas trouvé du formaldéhyde [ndlr: dans la vapeur produite], mais des hémiacétals de formaldéhyde."

Un hémiacétal est un groupe fonctionnel formé par réaction d'un aldéhyde et d'un alcool ou un composé chimique contenant ce groupe fonctionnel. Dans le cas du VP, il s'agit de formaldéhyde-propylène glycol ou de formaldéhyde-glycérol (on rappelle ici que le propylène glycol et la glycérine végétale sont des alcools, et non des corps gras!). Or, selon le Dr Farsalinos, "il n'existe aucune preuve que les hémiacétals soient toxiques ou cancérigènes. Il est même possible que la formation d'hémiacétals protège des dommages causés par le formaldéhyde. Et cependant, les auteurs les ont considérés comme du formaldéhyde et ont calculé un risque de cancer."

Le problème de ce type de recherches est qu'elles sont conduites par des personnes ne connaissant pas grand chose à la vape. Ce qui est important pour analyser ces résultats ce n'est pas les volts délivrés par la batterie, mais la puissance en watts appliquée à la résistance. Les auteurs ne mentionnent même pas la valeur de la résistance qu'ils ont utilisé. Encore une fois, le Dr Farsalinos, qui a fait de nombreuses études sur le sujet, essaye d'y voir plus clair. Il utilise pour cela les données présentées dans l'étude. Il dit: "Les auteurs rapportent que 5 mg de liquide ont été vaporisés à 3,3 volts. Selon des mesures que j'ai réalisées, une telle consommation de liquide correspond à des bouffées de 4 secondes à 6-7 watts. La résistance devait donc être de 1,6 à 1,8 ohms. Ce qui à 5 volts donne une puissance de 14-16 watts. Ce qui est une valeur très élevée pour la plupart des atomiseurs du commerce (exceptés certains reconstructibles qui peuvent supporter une telle puissance). Il est donc évident que l'atomiseur a été surchauffé, ce qui bien sûr résulte en une production très élevée de formaldéhyde. Ce que les auteurs ignorent, c'est que ces conditions, connues sous le nom de dry-puff, sont facilement détectées par les utilisateurs de VP. Cela produit un goût insupportable, et personne n'utilise un VP dans ces conditions, et n'est donc jamais exposé à de telles concentrations de formaldéhyde."

Voilà pourquoi il faut toujours être critique lorsque l'on lit une étude scientifique publiée, et surtout lorsqu'elle est accompagnée d'un dossier de presse pour la faire connaître. C'est notre rôle de scientifique, on ne prend jamais les résultats d'une étude (surtout ceux rapportés dans le résumé) pour argent comptant. Cela aurait dû d'ailleurs être fait par les relecteurs qui ont accepté la publication de cette lettre dans le NEJM, ce qui ne semble pas être le cas. C'est aussi pour cela que les journalistes devraient, s'ils n'ont pas la formation nécessaire pour cela, toujours faire appel à un expert avant de reprendre tous en chœur une dépêche de l'AFP (ce qui est de plus en plus monnaie courante, car il faut réagir vite pour être le premier à publier!). C'est dommage que cette course à l'information soit généralisée à ce point, car elle n'est bonne pour personne, ni pour le lecteur, qui se retrouve en fait désinformé et qui va peut-être hésiter à utiliser un VP s'il est fumeur, ni pour les journaux qui se décrédibilisent à long terme.

Dans le cas présent, la dépêche de l'AFP contenait bien un commentaire de Peter Hajek, modérant les résultats de cette étude. Cela n'a pas empêché certains journaux de mettre un titre bien racoleur et qui est la seule chose que les gens vont retenir (n'est-ce pas BFMTV, et même Le Monde ?). Pourtant hier, le Ministre de la Santé du Quebec vantait les mérites du VP, ce que je n'ai vu repris nul part dans nos journaux, c'est bien dommage.

* Les chercheurs ont utilisé un clearomiseur CE4 avec une résistance de 2,1 ohms, sur une iTaste VV. Personne n'utilise une tension de 5V sur un tel clearo, ça brûle, c'est sûr!
https://www.reddit.com/r/electronic_cigarette/comments/2t8lo7/researchers_find_high_levels_of_cloaked_form_of/cnwwl8v

Voir les commentaires

Publié le 12 Janvier 2015

OFDT : Tableau de bord mensuel Tabac

Tobacco sales going down again in France in November (scroll down for English)

novembre 2014 : http://www.ofdt.fr/ofdt/fr/tt141224.pdf

 

Selon les données de l'OFDT, les ventes de cigarettes ont reculé de 6,1 % en novembre 2014 par rapport à novembre 2013. La chute amorcée en 2013 se confirme bien sur 2014. Sur le cumul janvier-novembre 2014 on observe une baisse de 5,8% par rapport à la même période en 2013.

Il en va toujours de même pour le tabac à rouler, dont les ventes baissent de 5,3% en novembre 2014 (-4,3% sur le cumul janvier-novembre).

Les ventes de traitements pour l’arrêt du tabac se stabilisent depuis l'automne, avec une progression de 11,8% en novembre 2014 par rapport à novembre 2013, mais en cumul de janvier à novembre, elles reculent de -26.2%. Ce sont les patchs une fois de plus qui sont les plus touchés (+2.9% en novembre, mais -48% sur le cumul janvier-novembre). Les consultations en tabacologie sont plutôt stables (+2%), par contre le nombre d’appels à Tabac info service a lourdement chuté (-31%), après une reprise éphémère le mois dernier, sans doute due à la campagne de l'INPES lancée fin septembre, mais qui s'essouffle.

Après une remontée des ventes de tabac en septembre, il semble bien que la tendance à la baisse soit maintenue cette année.

Les ventes de tabac continuent de baisser en novembre 2014

According to OFDT data, cigarette sales decreased by 6.1 % in November 2014 compared to November 2013. The downward trends observed in 2013 seem to be confirmed this year. The cumulative data for January-November 2014 still represent a decrease of 5.8% compared to last year.

A similar trend is observed for roll-your-own tobacco, which decreased by 5.3% in November 2014 (-4.3% for January-November), compared to last year.

Sales of smoking cessation treatments have been stable during this automn, and progressed by 11.8% in November 2014 compared to November 2013, but continue to decline by -26.2% for January-November. Patches are still the most affected form of treatment (+2.9% in November, but -48​​% between January-November 2014). Smoking cessation centers received a rather stable number of new patients (+2%), but the number of calls to the quitline (Tabac info service) has fallen dramatically (-31%), after a short increase in October, certainly due to a mass media campaing from INPES (National Institute for Prevention and Health Education) launched at the end of September, but which clearly has lost interest from the smokers.

After an increase in the sales of tobacco in September, it seems that the trends for 2014 are in the same vein as last year.

Voir les commentaires

Publié le 4 Janvier 2015

Merci à toutes les boutiques désirant participer à cette étude, de me contacter par courriel à jlhamzer@gmail.com - je suis encore loin du compte !

Bonjour,
Le Dr Farsalinos est sur le point de démarrer une étude au Canada dans les boutiques de vape. Je suis chargé pour ma part de faire la même chose en France. L'intitulé de l'étude est “Profil des utilisateurs de cigarette électronique au Canada et en France : enquête d'un échantillon représentatif de la clientèle de boutiques de cigarettes électroniques”

But. Evaluer un échantillon représentatif des vapeurs canadiens et français en termes de: antécédents tabagiques et statut actuel, modes d'utilisation de l'e-cigarette, bénéfices perçus et effets secondaires, utilisation mixte (tabac et e-cigarette) et risque de rechute.

Si nous obtenons un échantillon représentatif (c'est pour cela que nous effectuons un recrutement en boutique et non pas sur internet), l'étude aura un très fort impact sur les autorités réglementaires. Pour cela, nous avons besoin que les responsables des boutiques suivent à la lettre les instructions. Il est préférable de dire que vous ne pouvez pas participer à l'étude si vous ne pouvez pas suivre les instructions, plutôt que de créer des problèmes dans la collection des données. Nous voulons montrer des résultats réalistes, pas des résultats truqués ou « trop beaux pour le croire ». Par exemple, éviter la participation des utilisateurs mixtes, résulterait en une observation irréaliste, et personne ne voudrait prendre en compte les résultats de l'étude.

Conseil. L'enquête doit être réalisée dans la boutique par vos clients. Vous devrez leur fournir un accès à internet sur un ordinateur, un ordinateur portable ou une tablette. Les clients doivent remplir le questionnaire SANS être supervisés par vous. Vous leur fournirez l'accès au site internet de l'enquête, mais pendant leur participation vous ne devez PAS influencer leurs réponses.

Nous sommes conscient qu'il est très difficile de demander à chaque client de participer à l'enquête, à cause du manque de temps, et d'un probable grand nombre de personnes ne voulant pas y participer. En conséquence, nous avons décidé de ne demander leur participation qu'à 1 client sur 3. Afin que l'échantillon soit représentatif, nous utiliserons une méthode appelée « échantillonnage aléatoire systématique », et vous devrez absolument respecter cet échantillonnage. Pour avoir un échantillon représentatif, le nombre de boutiques par région sera proportionnel à la population (entre 1 et 14 boutiques par région seront nécessaires).

Si, en tant que responsable d'une boutique, vous êtes intéressé(e) à participer, contactez-moi par courriel : jlhamzer@gmail.com


Avec mes meilleurs vœux pour la nouvelle année,
Jacques Le Houezec

Voir les commentaires